LA VICTOIRE DE DAVID CONTRE GOLIATH, de Herbert Nussbaumer

LA VICTOIRE DE DAVID CONTRE GOLIATH

De Herbert Nussbaumer

Dieu a jugé bon de conserver dans sa Parole les récits de certains événements et anecdotes pour servir d’instruction aux hommes de tous les temps.

Ainsi,1 Samuel 17 nous montre le roi Saül et tout le peuple Israël en grande difficulté.
Le géant Philistin Goliath demande à se battre contre un Israélite en combat singulier, et personne n’a le courage de l’affronter. Goliath mesure 3 mètres, sa cuirasse pèse 60 kilogrammes, le fer de sa lance pèse 7 kilogrammes. Cet ennemi terrible se fait de plus en plus arrogant, menaçant et provocateur :
1 Samuel 17.8-11 : Moi, je suis le Philistin, et vous, les esclaves de Saül. Choisissez parmi vous un homme, et qu’il m’affronte en combat singulier !  S’il peut me battre et qu’il me tue, alors nous vous serons assujettis. Mais si c’est moi le vainqueur et si je le tue, c’est vous qui nous serez assujettis et vous serez nos esclaves. Puis il ajouta : Je lance aujourd’hui ce défi à l’armée d’Israël. Envoyez-moi un homme et nous nous affronterons en combat singulier. Quand Saül et toute son armée entendirent ces paroles du Philistin, ils furent démoralisés et une grande peur s’empara d’eux.

L’épreuve paraît insurmontable, sans issue, sans le moindre espoir d’une solution. Le combat semble perdu d’avance…
1 Samuel 17.16 :  Chaque matin et chaque soir, le Philistin venait se présenter en face de l’armée d’Israël et cela depuis quarante jours. 
Le géant lance encore ses menaces au moment où les deux armées s’ébranlent pour s’affronter :
1 Samuel 17.24 :  A la vue de cet homme, tous les soldats d’Israël s’enfuirent terrorisés.

David, un jeune garçon, le plus jeune de sa famille, survient à ce moment et entend un Israélite déclarer :
1 Samuel 17.25 : – L’avez-vous vu s’avancer contre nous ? dit l’un d’eux. Il vient encore insulter Israël…

1. Face à l’épreuve !

Nous faisons peut-être aussi face à des impossibilités ! A la vue des géants menaçants dans notre vie, dans notre famille, notre profession, ou même dans notre Église, quelle est notre réaction ? Cédons-nous au découragement et à la crainte comme Israël ?

David est affligé de voir bafoué l’honneur de son peuple et de son Dieu :
1 Samuel 17.26 : Qu’est donc cet incirconcis de Philistin, pour oser insulter les bataillons du Dieu vivant ?

David jette un autre regard sur la situation, il ne voit pas la peur de son peuple, il voit le déshonneur qui rejaillit sur son Dieu, ce Dieu qu’il connaît, qu’il a l’habitude de louer avec sa harpe, qu’il sert de toutes ses forces et qu’il aime de tout son cœur !

En dépit des moqueries et du mépris de ses frères, il se voit déjà comme celui qui lavera le peuple d’Israël de la honte qui lui est infligée !

Et nous, que voyons-nous lorsque nous sommes confrontés à l’adversité et assaillis par des problèmes et des difficultés de toutes sortes ?
Oubliant Dieu, avons-nous recours à la débrouillardise et à notre ingéniosité pour nous tirer d’affaire ? Ou bien éprouvons-nous un amour passionné pour l’honneur de Dieu et sommes-nous émus de jalousie pour sa gloire ?
Moïse connaissait Dieu et il l’aimait puissamment ; il avait une grande vision. Que notre vision aussi s’élargisse ! Cessons d’être obnubilés par nos circonstances personnelles et préoccupons-nous des intérêts de Dieu.

2. David est au bon moment l’homme qu’il faut à l’endroit qu’il faut !
David est à sa place, devant le peuple, face au mépris de ses frères et face au géant !
C’est au nom de son Dieu qu’il affronte son ennemi et en triomphe.
Sommes-nous à la place où Dieu nous veut ? Si nous endurons des épreuves et des souffrances là où nous nous trouvons, cela ne signifie pas que nous devions quitter ce lieu !
Par exemple si vous êtes mal à l’aise dans votre Église, peut-être devriez-vous aller à la croix de Jésus pour y laisser votre orgueil et devriez-vous vous laisser remplir de l’Esprit d’amour ? Probablement que vous prierez ensuite le Seigneur de vous laisser encore longtemps dans cette Église parce que vous avez beaucoup à lui donner !

La victoire nous est accordée lorsque nous plaçons notre confiance dans le Seigneur Jésus, le triomphateur et le vainqueur de tous les géants.

Herbert Nussbaumer

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*