L’UNION DU CHRÉTIEN AVEC CHRIST

L’UNION DU CHRÉTIEN AVEC CHRIST

Celui qui a cru en Jésus, Fils de Dieu et seul Sauveur, est pardonné, accueilli comme enfant de Dieu ; il reçoit le Saint Esprit, il est baptisé en Christ, il est dorénavant uni à Christ.

A. LA RÉALITÉ DE NOTRE UNION AVEC CHRIST

1. Christ est en nous

Lors de la nouvelle naissance, Jésus et le Saint Esprit viennent demeurer dans le croyant :
Jean 14.20 : Ce jour-là, vous saurez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi et moi en vous.
Romains 8.10 : Si Christ est en vous, votre corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais votre esprit est vie à cause de la justice.
Galates 2.20 : Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi. 
Colossiens 1.27 : Christ en vous, assurance de la gloire à venir. Même le Père vient faire sa demeure en nous :
Jean 14.23 : Jésus lui répondit : Si quelqu’un m’aime, il obéira à ma parole. Mon Père aussi l’aimera : nous viendrons à lui et nous établirons notre demeure chez lui. 
Devenons plus conscients de l’inhabitation de la trinité en nous. Il ne faut jamais prier Dieu en nous, mais nous confier sans limite en la présence glorieuse, vivifiante de la trinité en nous !

2. Nous sommes en Christ

Au moment de la nouvelle naissance le croyant est plongé en Christ, il devient membre de son corps ; il est dorénavant en Christ. Le Nouveau Testament déclare un nombre considérable de fois que tous les croyants sont en Christ. Christ est leur vraie demeure :
Jean 14.20 : Ce jour-là, vous saurez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi et moi en vous.
Romains 6 .11 : Ainsi, vous aussi, considérez-vous comme morts pour le péché, et comme vivants pour Dieu dans l’union avec Jésus-Christ.
Romains 8.1 : Maintenant donc, il n’y a plus de condamnation pour ceux qui sont unis à Jésus-Christ.
Romains 12.5 : Alors que nous sommes nombreux, nous formons ensemble un seul corps par notre union avec Christ, et nous sommes tous, et chacun pour sa part, membres les uns des autres.
2 Corinthiens 2.14 : Dieu… nous traîne toujours dans son cortège triomphal, par notre union avec Christ…
2 Corinthiens 5.17 :  Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.
Éphésiens 2.13 : Mais maintenant, par votre union avec Jésus-Christ, vous qui, autrefois, étiez loin, vous êtes devenus proches grâce au sacrifice de Christ.
Si nous demeurons en nous-mêmes, dans nos problèmes, nos faiblesses, nos obsessions, notre misère… notre vie sera misérable. Tant que nous demeurons en Jésus, nous serons plus que vainqueurs. Pardonnés par sa grâce, nous sommes en lui par la foi, nous sommes assis avec lui dans les lieux célestes (Éphésiens 2.6). Prenons-en conscience et réjouissons-nous, car dans cette position de victoire, Satan et ses démons sont sous nos pieds, écrasés, vaincus et ils ne peuvent en rien nous faire du tort.

3. Tout notre être, esprit et corps, est membre de Christ

Jésus ne s’intéresse pas uniquement à notre vie spirituelle. Il veut s’occuper de toute notre personne, esprit et corps. Ainsi, nos corps aussi participent à notre union avec Christ :
1 Corinthiens 6.15 :  Ignorez-vous que vos corps sont des membres de Christ ?
1 Corinthiens 6.13 : Notre corps… est pour le Seigneur et le Seigneur est pour le corps. 
1 Corinthiens 6.19-20 : Vous ne vous appartenez donc pas à vous-mêmes. Car vous avez été rachetés à grand prix. Honorez donc Dieu dans votre corps.
Ces affirmations sont un grand encouragement à prier pour la guérison du corps !

4. Nous sommes participants de Christ

Hébreux 3.14 :  Car nous sommes devenus participants de Christ, pourvu que nous retenions fermement jusqu’à la fin l’assurance que nous avions au commencement.

Être participants de Christ, signifie être associés à Christ.
« Participer signifie « posséder quelque chose en commun avec quelqu’un ». Les intérêts de Christ sont les nôtres. Et comme nous nous donnons à lui, lui se donne à nous. Notre participation à tout de qu’Il a, tout ce qu’Il est, devient notre sauvegarde et notre privilège. » (Hugh Edward Alexander, La Manne du Matin).
Nous sommes même participants de la nature divine :
2 Pierre 1.4 : Les plus précieuses promesses… grâce à elles, vous pouvez fuir la corruption qui existe dans le monde par la convoitise et devenir participants de la nature divine.

B. NATURE DE NOTRE UNION AVEC CHRIST

1. La nature spirituelle de notre union avec Jésus

Cette union avec Christ est réservée aux croyants. Aucun incroyant ne peut être uni à Christ. Cette union n’est pas sentimentale, psychologique, mystique au sens où les panthéistes sont unis à la nature. Elle n’est pas non plus une fusion des natures qui détruirait ou absorberait la nature humaine en Christ.
L’union avec Christ est une union spirituelle :

1 Corinthiens 6.17 : Celui qui s’unit au Seigneur devient, lui, un seul esprit avec lui. 

Pouvons-nous comprendre que notre esprit et l’esprit de Jésus sont totalement, indéfectiblement unis ? S’agit-il de l’esprit de Jésus (Luc 23.46) ou du Saint Esprit ?
Quoi qu’il en soit, le Saint Esprit est obligatoirement à l’œuvre dans cette union magnifique, forte, glorieuse entre le croyant et Christ.
Le mariage est une belle illustration de cette union. Comme le Saint Esprit unit l’époux et l’épouse en une seule chair ou un seul être (Matthieu 19.6), ainsi il unit Christ et le croyant en une seule plante (Romains 6. 5) ; nous avons été greffés sur lui, nous sommes devenus des membres de son corps. Sa vie coule en nous !

1 Corinthiens 12.27 : Or vous, vous êtes le corps de Christ et chacun de vous en particulier en est un membre.

La Bible affirme que Christ est en nous ; et le Saint Esprit habite réellement en nous, notre corps est son temple. La Bible affirme que nous sommes en Jésus, assis avec lui dans le monde céleste (Éphésiens 2.6), elle déclare que notre vie est cachée avec Christ en Dieu (Colossiens 3.1-4) ; est-ce à dire que notre esprit siège déjà, en Jésus, dans le ciel ?

2 Nous sommes la fiancée de Jésus

Une illustration biblique de notre union avec Jésus est le statut de fiancée de l’Église. Elle est fiancée à un Prince, un Prince charmant :
Jérémie 2.2 : Ainsi parle l’Éternel : Je me souviens de ton amour lorsque tu étais jeune, de ton affection lorsque tu étais fiancée, quand tu me suivais au désert, dans une terre inculte…
2 Corinthiens 11.2 : Je vous ai, en effet, fiancés à un seul époux pour vous présenter à Christ comme une jeune fille pure.
Apocalypse 21.9 : Un des sept anges… vint me parler : Viens, me dit-il, je te montrerai la fiancée, l’Épouse de l’Agneau.
La fiancée fréquente de plus en plus le palais et le temple de son royal fiancé jusqu’à y demeurer en permanence :
Psaumes 27.4 : Je demande à l’Éternel une chose, que je désire ardemment : je voudrais habiter toute ma vie dans la maison de l’Éternel, afin d’admirer l’Éternel dans sa beauté, et de chercher à le connaître dans sa demeure.
Psaumes 23.6 : Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront tous les jours de ma vie, et j’habiterai dans la maison de l’Éternel Jusqu’à la fin de mes jours.
Celui qui demeure grosso modo en permanence en Jésus, est un chrétien mâture !

3. Jésus se révèle dans la communion avec lui

Le Seigneur a révélé ses projets à Abraham (Genèse 18.17) et ses méthodes de gouvernement à Moïse (Psaumes 103.7). Il fera aussi connaître ses desseins à ceux qui ont un grand respect pour lui :

Psaumes 25.14 :  L’Éternel confie ses secrets à ceux qui le craignent, il leur fait connaître son alliance.

Union implique communion, échange, intimité :
Jérémie 33.3 : Invoque-moi, et je te répondrai ; je t’annoncerai de grandes choses, des choses cachées, que tu ne connais pas.
Non seulement le Seigneur révèle des choses cachées, mais il se révèle lui-même, il se fait connaître à ses bien-aimés.
Il y a une croissance dans l’intimité avec Jésus. Plus nous passons de temps avec lui, plus nous l’aimerons, plus il se fera connaître à nous et plus nous le connaîtrons :

Jean 14.21 :  Celui qui m’aime, c’est celui qui retient mes commandements et les applique. Mon Père aimera celui qui m’aime ; moi aussi, je l’aimerai et je me ferai connaître à lui.

Une promesse fantastique : Jésus se fait connaître à ses amis !
Paul cherche à connaître Christ, la puissance de sa résurrection et la communion à ses souffrances (Philippiens 3.10).
Pierre exhorte les croyants à progresser sans cesse dans la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ (2 Pierre 3.18). Jésus est fascinant : sa beauté morale, sa nature douce et humble, sa sagesse infinie, sa puissance sans limite qui a crée l’Univers, son amour sublime, saint, pur… nous bouleversent.
Nous avons besoin de ses révélations pour vivre et grandir… Je me ferai connaître à lui, promet-il en Jean 14.21 !
Le Père et le Fils sont insondables. Nous ne pouvons connaître d’eux que ce qu’ils veulent bien nous révéler. Des millions de savants et de chercheurs étudient depuis 4 siècles la création, les minéraux, les plantes, les animaux, l’homme, le mystérieux univers, mais la résolution de chaque problème en soulève un grand nombre d’autres, de sorte que le nombre des problèmes sans solution augmente plus vite que le nombre de problèmes résolus !
En outre les savants se sont rendus compte que l’intelligence humaine, même augmentée n’arrive plus à comprendre certains nouveaux phénomènes physiques.
Si la création est insaisissable, inscrutable, que dire du Créateur ?
Ce sera notre immense bonheur, pendant toute l’éternité, de découvrir, par le Saint Esprit, l’infinie richesse de la nature, du caractère et de la sagesse du Père et du Fils !
La promesse que Jésus se fait connaître à ceux qui sont unis à lui, réjouit notre cœur et le fait bondir d’allégresse dans notre poitrine ! Oui, réjouissons-nous, cette promesse inouïe est pour chacun de nous !

Jean 10.4,14-15,27 : Les brebis connaissent sa voix… Je suis le bon berger ; je connais mes brebis et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît et comme je connais le Père… Mes brebis entendent ma voix.

Il nous est évidemment permis de demander à Jésus de se faire connaître à nous ! Paul prie pour que les Éphésiens connaissent Dieu :
Éphésiens 1. 17 : Je demande que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père qui possède la gloire, vous donne, par son Esprit, sagesse et révélation, pour que vous le connaissiez …

C. CETTE POSITION EN CHRIST NOUS ENGAGE-T-ELLE ?

Dieu, dans sa fidélité, désire fortement notre union avec Christ :
1 Corinthiens 1.9 : C’est le Dieu fidèle, qui vous a appelés à être en communion avec son Fils, Jésus-Christ notre Seigneur.

1. Demeurer en Christ

Quand la Bible nous révèle une grande action de Dieu en notre faveur, elle nous montre aussi comment nous pouvons recevoir cette bénédiction. Ainsi, quand Paul dit aux colossiens qu’ils sont morts en Christ (Colossiens 3.3), il ajoute de suite : Faites donc mourir tout ce qui, dans votre vie, appartient à la terre (Colossiens 3.5).
Après avoir démontré que nous sommes purifiés et rendus parfaits par le sang de Jésus (Hébreux 10.10,14), l’auteur anonyme de l’épître aux Hébreux lance cette injonction : Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. (Hébreux 12.14).
L’Écriture enseigne clairement que nous sommes unis à Christ, mais parallèlement montre la nécessité de demeurer en Christ :
1 Jean 2.28 :  Et maintenant, petits enfants, demeurez en lui.
Notre union avec Christ est une position juridique qui semble ferme et irréversible ; tandis que le fait de demeurer en Christ est malheureusement souvent sporadique et épisodique chez les chrétiens. 
Vivre dans la sainteté, permet de demeurer en Christ :
1 Jean 2.5-6 : Mais l’amour de Dieu est vraiment parfait en celui qui garde sa parole : c’est à cela que nous reconnaissons que nous sommes en lui. Celui qui affirme demeurer en Christ doit aussi vivre comme il a lui-même vécu.
Et parallèlement, demeurer en Christ, préserve du péché :
1 Jean 3.6 : Celui qui demeure uni à lui ne pèche pas.
Le Saint Esprit nous montre si nous demeurons en Jésus ou pas :
1 Jean 4.13 : Voici comment nous savons que nous demeurons en lui et qu’il demeure en nous : c’est par son Esprit qu’il nous a donné. Demeurer en Jésus et dans sa Parole, c’est la suprême victoire :

Jean 15.5-7 : Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, portera du fruit en abondance, car sans moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, on le jette hors du vignoble, comme les sarments coupés : ils se dessèchent, puis on les ramasse, on y met le feu et ils brûlent. Mais si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, vous l’obtiendrez. 

2. Prendre conscience que nous sommes unis à Christ

La déclaration biblique de notre union avec Christ est le résumé de toutes les déclarations bibliques sur les privilèges des croyants : Toutes les richesses de Christ sont devenues nôtres en Christ. Nous avons tout pleinement en Christ ! En sommes-nous conscients ?
Une de mes filles m’a dit que parmi les étudiants qui suivaient les cours de préparation à l’agrégation de lettres de la Sorbonne, se trouvait un SDF agrégé de mathématiques. La vision négative qu’il avait de sa personne, l’empêchait de se relever et de mener une vie normale !
Notre façon de penser, d’agir et de vivre dépendent totalement de la manière dont nous nous percevons. Si nous pensons que nous sommes de pauvres pécheurs, faibles et minables, nous pécherons et notre vie sera misérable.
Il est absolument fondamental de connaître notre position en Christ et de la proclamer afin de la vivre dans sa plénitude ! La vérité est que nous sommes en Christ, unis à Christ, membres de son corps.
Nous ne sommes plus sous la condamnation, nous sommes pardonnés, graciés et entièrement acceptés par Dieu et aimés de lui. Puisse le Seigneur nous donner une révélation de notre glorieuse union avec lui !
Le diable ne peut rien changer à notre position en Christ, mais par ses mensonges il peut nous priver du bénéfice de cette position. Son mensonge au sujet de notre identité et de notre position en Christ est une de ses armes les plus redoutables. Le diable règne par le mensonge !
Si nous croyons que notre victoire dépend de nous, de notre force et de notre volonté personnelles, que nous ne sommes pas acceptables aux yeux de Dieu, que Dieu est insatisfait de nous, que rien ne changera jamais dans notre destinée chrétienne… notre vie sera effectivement un échec. Satan cherche constamment à nous faire oublier qui nous sommes devant Dieu.
Si nous nous voyons comme des pécheurs, nous pécherons inévitablement. Mais en vérité, nous sommes des saints qui péchons occasionnellement.
Nous sommes sanctifiés, purifiés, graciés, libérés en Jésus, nous sommes aimés de Dieu, nous sommes plus que vainqueurs en Christ. Nous avons tout pleinement en Christ. Nous sommes agréables à Dieu ; son cœur se réjouit quand il nous voit unis à Christ.
Croire ce que dit la Bible sur notre identité en Christ est le fondement de notre victoire.
Ne laissons pas le diable semer la confusion dans notre cœur au sujet de qui nous sommes.
Proclamons cette glorieuse vérité : Christ a tout accompli pour nous ! Nous sommes unis à Christ et régnons avec lui.
Confessons sans cesse la vérité biblique à notre sujet. Plus nous déclarons notre vraie identité en Christ, plus notre vie manifestera cette identité.
Nous sommes en Christ, par conséquent : nous sommes morts avec Christ, nous sommes de nouvelles créatures, nous sommes bénis en lui, nous sommes citoyens des cieux, nous sommes assis avec Jésus dans les lieux célestes, nous sommes la lumière du monde et le sel de la terre, nous avons été arrachés au royaume des ténèbres et parachutés dans le royaume du Fils aimé de Dieu, nous pouvons nous approcher sans crainte du trône de la grâce pour être secourus en tous nos besoins.
Nous sommes un peuple élu, une communauté de rois-prêtres, une nation sainte, un peuple que Dieu a pris pour sien.
Nous avons reçu les plus grandes et les plus précieuses promesses par lesquelles nous sommes devenus participants de la nature divine, nous avons la vie de Christ en nous…
Pouvez-vous confesser, maintenant, dans votre cœur ou à haute voix, que toutes ces richesses spirituelles vous appartiennent de plein droit ? Pouvez-vous recevoir maintenant l’abondance de la grâce et du don de la justice afin de régner dans la vie par Jésus-Christ, lui seul ?
Restons dans cette attitude de foi, demain, après-demain et tous les jours de notre vie, même si les apparences sont contraires. Nous marchons par la foi, nous croyons afin de voir !
Théophile Hammann

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*