LA VISION D’ÉSAÏE ou LA SAINTETÉ DE DIEU

LA VISION D’ÉSAÏE ou LA SAINTETÉ DE DIEU

Ésaïe 6.1-8

Qui, parmi tous les dieux, ô Éternel, qui est semblable à toi  ? Et qui est, comme toi, paré de sainteté, et redoutable, et digne de louanges, opérant des prodiges  ? (Exode 15.1).

Le nom hébreu du prophète Ésaïe est Yeschayahou ou simplement Yaschaya, ce qui signifie : l’Éternel sauve ou Salut de l’Éternel. Il était marié et avait deux fils (Ésaïe 7.3 ; 8.3). La tradition affirme que sous le règne de Manassé, ayant été obligé de fuir, il se réfugia dans un tronc d’arbre creux et qu’on scia ce tronc à la hauteur de sa bouche.
Ésaïe, fils d’Amots, a prophétisé à Jérusalem pendant au moins 40 ans, environ de 740 à 700 av. J.-C. :
Ésaïe 1.1 : Révélations reçues par Ésaïe, fils d’Amots, au sujet de Juda et de Jérusalem, sous les règnes d’Ozias, de Yotam, d’Ahaz et d’Ezéchias, rois de Juda.
Ces rois ont régné en Juda de 792 à 698 (ou 686) av. J.-C.
L’année de la mort du roi Ozias est 740 ou 739 av. J.-C.
Ozias était un roi qui craignait l’Éternel, aussi son règne fut-il un règne de prospérité et de paix. Il avait une puissante armée de 2600 officiers et de 300 000 soldats. Jérusalem était une ville fortifiée, puissante, et prospère (2 Chroniques 26.5-15). Mais quand il fut devenu puissant, il s’enfla d’orgueil, et voulut offrir de l’encens dans le temple, ce qui n’était permis qu’aux prêtres. Dieu le frappa de lèpre, et il resta lépreux jusqu’à sa mort (2 Chroniques 26.16-23).

LA VISION (Ésaïe 6.1-8)

Si ce récit est la vocation du prophète, pourquoi n’est-il pas placé en tête du livre ? Il est, en fait, très probable que ce récit se trouve à sa place chronologique correcte et, qu’après avoir lancé 6 malédictions au peuple (5.8,11,18,20,21,22), Dieu l’aie amené à se lancer la 7è malédiction à lui même (6.5).
Dans ce cas Ésaïe avait déjà prophétisé et servi l’Éternel durant quelques années, avant cette rencontre bouleversante avec le Saint d’Israël.

Ésaïe 6.1 : L’année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur siégeant sur un trône très élevé. Les pans de son vêtement remplissaient le Temple.

1. Ésaïe a vu Dieu.
Cependant plusieurs textes bibliques déclarent que nul ne peut voir Dieu et vivre. Ainsi, Dieu lui-même dit à Moïse :
Exode 33.20 :  Tu ne pourras pas voir ma face, car nul homme ne peut me voir et demeurer en vie.
Jean 6.46 : Personne n’a jamais vu le Père, sauf celui qui est venu d’auprès de Dieu. Lui, il a vu le Père.  

Paul parle du Roi éternel, immortel, invisible (1 Timothée 1.17).
1 Timothée 6.16 : Nul parmi les humains ne l’a vu de ses yeux, aucun ne peut le voir.
Cependant la bible mentionne plusieurs théophanies (apparitions de Dieu) :
Exode 24.9-11 : Ensuite Moïse gravit la montagne avec Aaron, Nadab, Abihou et soixante-dix responsables d’Israël. Ils virent le Dieu d’Israël… L’Éternel n’étendit pas la main sur ces notables des Israélites  ; ils contemplèrent Dieu et puis ils mangèrent et burent.
L’Envoyé de l’Éternel que Agar, Abraham, Jacob, Moïse, Gédéon… ont vu est clairement la 2è personne de la trinité avant son incarnation.
Par exemple il est dit, dans Exode 3, que c’est le Messager de l’Éternel qui apparut à Moïse dans une flamme de feu au milieu d’un buisson qui ne se consumait pas. Mais par la suite le texte appelle ce Messager : Dieu et l’Éternel.
On peut en conclure qu’un humain vivant ne peut pas voir le Père, mais il peut voir son image, Jésus-Christ,
l’empreinte de sa personne (Hébreux 1.3) :
Colossiens 1.15 : Le Fils est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création.
Jean 1.18 : Personne n’a jamais vu Dieu : Dieu, le Fils unique qui vit dans l’intimité du Père, c’est lui qui nous l’a révélé.

Jésus lui-même déclare :
Jean 12.45 : Qui me voit, voit aussi celui qui m’a envoyé.
Jean 14.9 : Celui qui m’a vu, a vu le Père.
Ésaïe a donc vue le Fils de Dieu avant son incarnation.
Cependant lorsque, sanctifiés (Hébreux 12.14), nous serons dans la gloire, nous pourrons aussi contempler le Père :
Matthieu 5.8 : Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu !

2. Un trône très élevé

Ce trône peut se situer dans le temple de Jérusalem, image des réalités célestes. Mais ce trône peut aussi se situer dans le vrai temple de Dieu qui se trouve au ciel :
Apocalypse 7.14-15 : Ceux qui viennent de la grande tribulation… se tiennent devant le trône de Dieu et le servent jour et nuit dans son temple. 

Apocalypse 11.19 :  Alors s’ouvrit le temple de Dieu qui est dans le ciel, et le coffre de son alliance y apparut. 
Apocalypse 15.5 : Je regardai et le temple, le tabernacle du témoignage, fut ouvert dans le ciel.
Le trône est l’image de la majesté, de la puissance et de la gloire du Dieu éternel ! Dieu est Esprit, il est infini, aucun trône ne pourrait le contenir. Le trône est un symbole et les israélites comprenaient bien sa signification : Il est le symbole de la souveraineté, de l’autorité royale de Dieu. Il contrôle tout avec bienveillance, il connaît le nombre de nos cheveux, et décide de la durée de la vie des passereaux et, bien sûr, de toute créature !
Salomon dit, avec raison, que l’univers entier ne peut pas le contenir :
1 Rois 8.27 :  Mais est-ce qu’en vérité Dieu habiterait sur la terre, alors que le ciel dans toute son immensité ne saurait le contenir ? Combien moins ce temple que je viens de te construire !
Dieu est Roi de tout l’univers ! Sa puissance et son intelligence sont sans limite. Il est transcendant : Sur terre, tout a été crée, tout a un début et une fin. Comment pourrions-nous concevoir un Dieu incréé, sans commencement ni fin ?
C’est lui qui a crée les plus de 2000 milliards de galaxies, chacune comprenant plusieurs centaines de milliards d’étoiles ! Il a crée les trous noirs, les quasars et les blazars (des galaxies ayant en leur centre des trous noirs très énergétiques), les pulsars, les magnétars (ou magnétoiles, des étoiles à neutrons entourés d’un champ magnétique extrêmement intense)
Ce Dieu sans limite, ne peut-il pas venir au secours de ses enfants, dans leurs besoins ?

Es 6.2 : Des séraphins se tenaient au-dessus de lui. Ils avaient chacun six ailes : deux dont ils se couvraient le visage, deux dont ils se couvraient les pieds et deux dont ils se servaient pour voler.

1. Des séraphins : Les séraphins sont des êtres célestes consacrés à une adoration perpétuelle. Le mot séraphin vient de l’hébreu séraph qui signifie brûler. C’est la raison pour laquelle on les appelle les brûlants ou les flamboyants.
Le terme séraph désigne aussi des serpents qu’on qualifie de brûlants (Nombres 21.6) en référence à la douleur provoquée par leurs morsures.

2. Ils se couvraient le visage avec une paire d’ailes, devant la gloire et la majesté de Dieu.
Quoi que saints, purs et glorieux, ils ne peuvent soutenir du regard la gloire extraordinaire de la sainteté de Dieu. Ils ne peuvent soutenir l’
éclatant rayonnement émanant de Dieu.
Lors de la transfiguration de Jésus, son visage resplendissait comme le soleil et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière (Matthieu 17.2).
Dans la nouvelle Jérusalem, il n’y a plus de soleil ni de lune, car la gloire de Dieu l’éclaire et l’Agneau est son flambeau (Apocalypse 21.23) !

3. Ils se couvraient les pieds et les jambes par respect pour la majesté divine. Et nous, comment venons-nous dans la présence du Dieu très saint ?

Es 6.3 : S’adressant l’un à l’autre, ils proclamaient : Saint, saint, saint est le Seigneur des armées célestes. Toute la terre est pleine de sa gloire.

1. S’adressant l’un à l’autre : Il est possible que les séraphins forment deux chœurs qui se répondent. Les uns proclament : Saint, saint, saint est l’Éternel des armées ! Et les autres répondent : Toute la terre est pleine de sa gloire.

2. Saint, saint, saint est l’Éternel des armées :
L’attribut saint trois fois répété est probablement une référence à la trinité divine. Dieu est trois fois saint parce que le Père, le Fils et l’Esprit sont saints.
L’adjectif saint signifie : mis à part. Appliqué à Dieu, ce terme exprime sa nature unique, incomparable, sa dignité, sa perfection absolue. Dieu est majestueux, souverain, puissant, infiniment pur et glorieux ! Les divinités inventées par les hommes dans les mythologies égyptienne, grecque, cananéenne, babylonienne, étrusque, romaine, germanique… sont à l’image des humains, c’est-à-dire souillées et impures, animées par des passions avilissantes. Le Dieu véritable est pur, infiniment saint, il ne peut supporter la vue du péché :
Habacuc 1.13 : Tes yeux sont trop purs pour voir le mal, et tu ne peux pas regarder l’iniquité.
Selon un dicton, il n’y a pas de grand homme pour son valet de chambre. Mais les séraphins qui contemplent Dieu sans arrêt et qui le connaissent mieux que nous, témoignent qu’il est saint, parfaitement pur, sans l’ombre d’une injustice, sans reproche, d’une perfection totale. Tout ce qu’il pense, dit ou fait, est parfait !
Les séraphins adorent Dieu ! C’est leur suprême bonheur et leur raison d’exister. Il proclament sans cesse que l’Éternel est trois fois saint ! C’est un jaillissement émerveillé et ininterrompu de leurs lèvres ! Quand on est proche de Dieu, on ne peut faire autrement. Bien évidemment cette louange ininterrompue est à mille lieues de vaines redites.
Être inconscient de la gloire, de la majesté divine, de l’éclat insoutenable de sa face, c’est être loin de Dieu.
Avons-nous découvert la glorieuse sainteté de Dieu ? Ou y a-t-il dans notre cœur un manque de respect pour lui ? de l’amertume ? des reproches ? Si oui, demandons-lui pardon.
Tout en Dieu est saint : ses pensées, ses sentiments, sa volonté, ses paroles, ses silences, ses décisions, ses actes.
La sainteté figure en tête de tous les attributs de Dieu : c’est sa caractéristique ! Seul le Dieu de la Bible est saint !
Ésaïe a bien retenu cette leçon : dans son livre, l’Éternel est appelé trente fois le Saint !
Son trône est fondé sur sa sainteté, tous les êtres célestes proclament sa sainteté :
Apocalypse 4.8-11 :
Chacun de ces quatre êtres vivants avait six ailes couvertes d’yeux par-dessus et par-dessous. Jour et nuit, ils ne cessent de dire : Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, celui qui était, qui est et qui vient. Et chaque fois que les êtres vivants présentent leur adoration, leur hommage et leur reconnaissance à celui qui siège sur le trône, à celui qui vit éternellement, les vingt-quatre représentants du peuple de Dieu se prosternent devant celui qui siège sur le trône et adorent celui qui vit éternellement. Ils déposent leurs couronnes devant le trône, en disant : Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, qu’on te donne gloire, honneur et puissance car tu as crée tout ce qui existe, l’univers entier doit son existence et sa création à ta volonté.
En Dieu toutes les perfections existent à un degré insurpassable : justice, vérité et gloire absolues ; beauté morale parfaite, unique, transcendante, éternelle !
Les perfections morales de Dieu dépassent tout ce que nous pouvons imaginer ou exprimer.

3. Toute la terre est pleine de sa gloire.
En hébreux il n’y a pas de verbe être, donc pas de temps. Littéralement : Plénitude de toute la terre, sa gloire.
On peut donc aussi traduire : Toute la terre sera remplie de sa gloire.
La gloire de Dieu est visible actuellement dans sa création qui est d’une beauté extraordinaire quoi qu’elle soupire
soupire et souffre les douleurs de l’enfantement. Elle est visible dans la complexité et l’harmonie de l’Univers ; elle est visible dans l’Église.
Ailleurs sa gloire n’est pas encore visible : Dieu accepte dans sa patience que le monde le rejette, le bafoue, l’ignore, le blasphème, le provoque… mais un jour toute langue confessera que Jésus-Christ est Seigneur et la connaissance de Dieu couvrira la terre comme l’eau couvre le fond des océans. Alors l’univers entier sera rempli de sa gloire et tout ce qui est au ciel et tout ce qui est sur la terre sera réuni en Christ (Éphésiens 1.10).

Es 6.4 : Les montants des portes du Temple se mirent à trembler au son de ces voix, tandis que le sanctuaire se remplit de fumée.

Au cri joyeux des séraphins les portails du temple vibrent et une fumée, symbole de la gloire de Dieu (la shékina) remplit le temple. Si le temple que voit Ésaïe est le temple de Jérusalem, il peut s’agir de la fumée de l’autel des parfums placé dans le lieu saint, juste devant le voile qui sépare le lieu saint du lieu très saint. Cet autel servait à brûler, matin et soir, un parfum saint devant l’Éternel. Il peut aussi s’agir de la fumée des sacrifices offerts sur l’autel des holocaustes devant l’entrée du temple.

Es 6.5 : Je m’écriai : Malheur à moi  ! Je suis perdu, car j’ai les lèvres impures et j’habite au milieu d’un peuple aux lèvres impures. Et voici que, de mes yeux, j’ai vu le Roi, l’Éternel des armées.

Le Roi, l’être divin que Ésaïe a vu était celui qui révèle le Père, car celui qui l’a vu, a vu le Père (Jean 12.45 ; 14.9).
Le prophète est convaincu de péché : La vision de l’infinie sainteté de Dieu, réveille le souvenir du péché du prophète, souvenir lourd, horrible, mortel, qui le fait craindre pour sa vie : Malheur à moi , je suis perdu… Comme tous les humains, il a péché dans différents domaines, mais c’est le péché de la langue qui le fait souffrir le plus ! Il se sent coupable, jugé, condamné à cause de ses mauvaises paroles.
Il a péché par ses paroles (médisance, calomnie, critique, paroles dures, rejet d’autrui, hostilité…) parce que c’est un péché majeur de tout le peuple : j’habite au milieu d’un peuple aux lèvres impures.
Le péché, en particulier le péché de la langue, est contagieux. Il peut commettre des ravages ! Pour Jacques, la langue est un feu, c’est le monde de l’iniquité, elle est enflammée par la géhenne, elle est pleine d’un venin mortel (Jacques 3.6,8).
Le prophète se sent perdu parce qu’il a vu Dieu, et l’homme ne peut voir Dieu et vivre ; en outre il a comparu devant le Dieu trois fois saint avec toute la souillure causée par sa langue !
Plus tard le prophète dénoncera encore les mensonges, la fausseté, les tromperies du peuple :
Vous dites… nous avons la fausseté pour refuge et le mensonge pour abri… Son cœur abusé l’égare… N’êtes-vous pas une race de mensonge ? Vos lèvres profèrent le mensonge, votre langue fait entendre l’iniquité… Nous avons conçu et médité dans le
cœur des paroles de mensonge. Aussi, le droit recule et la justice est loin de nous. La vérité trébuche sur sur la place publique, et la droiture ne peut y  accéder. La vérité a disparu et celui qui se détourne du mal se fait piller. ( Ésaïe 28.15 ; 44.20 ; 57.4 ; 59.3,13-14).
La sainteté de Dieu exige la sainteté des hommes :
Lévitique 20.26 : Vous serez saints pour moi, car je suis saint, moi l’Éternel. (11.44 ; 19.2 ; 20.26).

Es 6.6-7 : Cependant, l’un des séraphins vola vers moi, tenant une braise qu’il avait prise sur l’autel à l’aide de pincettes. Il toucha ma bouche avec elle et dit : « Puisque ceci a touché tes lèvres, ta faute est enlevée et ton péché est expié. »

Il peut s’agir d’une braise prise sur l’autel des parfums ou sur l’autel des holocaustes dans le parvis. L’autel des holocaustes, sur lequel on sacrifiait les moutons, est un type de la croix et du sacrifice de Jésus. Le feu purifie les lèvres d’Ésaïe. Il est pardonné. Par ce chapitre 6 de son livre, il confesse son péché devant tout le peuple d’Israël et devant la terre entière depuis 28 siècles !
Sans ce pardon, Ésaïe n’aurait pas pu exercer efficacement son ministère.

Es 6.8-9 : J’entendis la voix du Seigneur, disant : Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous ? Je répondis : Me voici, envoie-moi.  Il dit alors : Va, et dis à ce peuple : Vous entendrez, et vous ne comprendrez point ; vous verrez, et vous ne saisirez point.

Dieu seul envoie, mais le prophète devait marcher pour plusieurs. Qui sont-ils ? Certains pensent que Dieu parle de la cour céleste ; mais il est certain que ni Ésaïe, ni aucun prophète de l’ancien testament, ni aucun serviteur de Dieu de la nouvelle alliance aurait marché pour des anges ou des créatures célestes ! Et aucun ange n’accepterait cela ! Il est plus raisonnable de penser à la trinité. N’importe quel serviteur de Dieu se réjouit de marcher pour le Père, le Fils et le Saint Esprit ! Ésaïe ne pouvait pas comprendre la signification de ce nous, pronom personnel de la première personne du pluriel, mais nous le pouvons parfaitement.
Ce dialogue avec Dieu pourrait être la vocation du prophète, mais il pourrait aussi être une confirmation de son appel reçu antérieurement.
Ésaïe aura un ministère difficile : son message ne sera pas accueilli par le peuple. Le peuple ne se repend pas. Les Israélites endurcissent leur cœur, et Dieu finit pas endurcir leur cœur.
Seul un reste sera sauvé !
Quant à nous, nous voulons aimer Dieu et le glorifier pour sa sainteté :
Psaumes 30.5-6 : Chantez en l’honneur de l’Éternel, vous qui l’aimez, célébrez par vos louanges sa sainteté, car sa colère dure un instant, mais sa grâce toute la vie.
Psaumes 97.12 : Justes, réjouissez-vous en l’Éternel, et célébrez par vos louanges sa sainteté !
Psaumes 99.5 : Proclamez la grandeur de l’Éternel, notre Dieu, et prosternez-vous devant son marchepied, car il est saint.
Prions : Éternel, notre Dieu, veuille me révéler ta glorieuse sainteté, ta gloire, ta majesté, ta beauté parfaite. Fais-toi connaître à moi. Amen.

Théophile Hammann

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*