LA LOI DES SEMAILLES ET DES MOISSONS

LA LOI DES SEMAILLES ET DES MOISSONS

A propos de Galates 6.7-10

Tout agriculteur sait qu’il récolte ce qu’il sème. L’apôtre Paul rappelle aux chrétiens que cette loi est aussi valable dans leur vie.
La création est une, les mêmes lois régissent le monde spirituel et le monde matériel.

Galates 6.7 : Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. 

1. On peut se tromper, se faire illusion au sujet de ce principe des semailles et des moissons, et croire qu’on peut récolter ce qu’on n’a pas semé ou ne pas récolter ce qu’on a semé !
S’imaginer qu’on peut impunément penser, dire et faire ce qu’on veut sans conséquences négatives, c’est se moquer de Dieu ou,
selon la Bible du Semeur (SEM), mépriser Dieu.

Même le pardon de Dieu ne nous évite pas toujours de récolter ce que nous avons semé.

D’innombrables personnes se font illusion, se mentent à elles-même, parce que le cœur de l’homme est tortueux par-dessus tout et il est méchant qui peut le connaître ? Jérémie 17.9

Mais le grand séducteur et trompeur, c’est le diable. Selon ce menteur : Il n’y a pas de Dieu, après la mort tout est fini ; mais si Dieu existe, ton péché n’est pas si grave ; d’ailleurs tout le monde commet des fautes, il pardonnera tout et tout le monde sera sauvé, ne t’inquiète pas pour ton âme, tout ira bien… Tu peux semer le mal sans le récolter…

Dieu est parfaitement juste et tient parfaitement compte de tout ce que nous faisons en bien ou en mal. Il est donc important d’être intègre, de marcher humblement devant sa face, de demeurer en Jésus et de prier sans cesse.

2. On récolte ce qu’on a semé

Cette loi existe dans la nature. On ne peut pas semer des radis et récolter des haricots.
Elle existe aussi dans le monde spirituel. Du matin au soir, nous semons, presque toujours à notre insu. Et la récolte vient inexorablement.
On moissonne généralement déjà sur terre, mais en outre toujours dans l’au-delà !

On peut se tromper sur la nature de la semence, croire par exemple qu’on sème une semence de bénédictions autour de soi, et, au regard de Dieu et de beaucoup de personnes, semer une semence qui donnera une récolte polluée et corrompue.

Une dame du village de mes parents répétait souvent, tout au début de la dernière guerre mondiale : « Il faut une guerre ! Il faut une nouvelle guerre ! »
Quand la guerre vint en Alsace, elle fut la première personne du village à être tuée.

L’évangéliste Dwight L. Moody raconta que le maître du fabuliste oriental Lucman demanda un jour à celui-ci de semer de l’orge dans un certain champ. Mais Lucman y sema de l’avoine. Quand l’avoine atteignit une certaine taille, le maître le fit appeler et lui dit :
Ne t’ai-je pas dit de semer de l’orge dans ce champ ? Pourquoi y as-tu semé de l’avoine
J’ai semé de l’avoine dans l’espoir que ce soit de l’orge qui y pousse.
Quelle idée stupide ! As-tu jamais vu chose pareille ?
Maître ! Vous semez constamment dans le champ du monde les graines du mal, et vous espérez récolter au jour de la résurrection les fruits de la vertu. Je pensais donc que je pourrais obtenir de l’orge en semant de l’avoine.
Le maître fut abasourdi et affranchit Lucman.

Si nous semons l’amour, nous récolterons l’amour.
Si nous semons la joie, nous récolterons la joie.
Si nous semons le contentement, la miséricorde, la bienveillance, nous récolterons le contentement, la miséricorde et la bienveillance.
Si nous semons la haine, la colère, l’injustice, l’hostilité… nous récolterons la haine, la colère, l’injustice et l’hostilité…

On nous appliquera la mesure dont nous nous serons servis pour mesurer les autres, Matthieu 7.2

3. Paul applique la loi des semailles et moissons aux individus, mais il est évident qu’elle s’applique entièrement aux familles, aux Églises, aux villes et aux nations. J’ai eu l’occasion d’observer ceci depuis environ 70 ans !

Certaines collectivités peuvent récolter sur plusieurs générations sous forme de suicides, morts violentes, alcoolisme, divorces, échecs, misère et pauvreté…

Tous les grands empires du passé ont rejeté Dieu et ont commis des crimes abominables. Tous ont été anéantis !

4. On récolte normalement plus que ce qu’on a semé, en bien ou en mal

Il existe des récoltes dramatiques

Osée 8.7 : Ils ont semé le vent, ils moissonneront la tempête…

Dans le jardin d’Éden, Adam et Eve semèrent la désobéissance et la suspicion à l’égard de Dieu. Qui aurait pu en prévoir les immenses et terribles conséquences dans la vie de chaque humain, jusqu’à la fin du monde, et en réalité pour l’éternité ?

Abram ne pouvait pas prévoir les conséquences inouïes de son acte d‘incrédulité lorsqu’il conçut Ismaël et Esaü ne pensait pas une seconde aux conséquences de la vente de son droit d’aînesse. Il sema un acte profane, il récolta l’éloignement de Dieu.
Quand les Israélites campèrent à Rephidim, les Amalécites, sans doute des descendants d’un petit-fils d’Esaü (Genèse 36.6,12 ; 1 Chroniques 1.36 ; mais voir Genèse 14.7), 
vivant de pillage, les attaquèrent lâchement pour les dépouiller. Amalek fut la première nation à combattre Israël. Ils semèrent la destruction. Dieu donna la victoire à son peuple et dit :
Exode 17.14 : …j’effacerai complètement le souvenir d’Amalec de dessous les cieux.
Les Amalécites furent définitivement exterminés sous la royauté de Saül.
Juda Iscariot était séduit et ne pensait pas aux conséquences dramatiques, pour lui et sa famille, de son acte de trahison.

Ceux qui ont semé l’occultisme et la haine des Juifs dans la vie d’Adolphe Hitler ont obtenu une récolte affreusement abondante.

Job 4.8-9 : D’après ce que j’ai vu, les artisans d’iniquité et ceux qui sèment le malheur en moissonnent les fruits : sous le souffle de Dieu, les voilà qui périssent, dans son courroux, il les consume.

Proverbes 22.8 : Celui qui sème l’iniquité moissonne l’iniquité.

Il existe des récoltes glorieuses.

L’obéissance de Jésus a des conséquences infinies et éternelles.
D’innombrables œuvres et missions chrétiennes, nées humblement dans la pauvreté, les souffrances, et les prières amenèrent des millions de païens et d’incroyants de toutes sortes à la connaissance de Jésus. Ils semèrent dans les larmes et récoltèrent dans des chants d’allégresse.

Les récits des deux livres bibliques des Chroniques sont rétributionnistes parce qu’ils montrent comment chacun récolte ce qu’il sème.

L’immoralité et le rejet de Dieu étaient si affreux aux Hébrides (Îles au nord-ouest de l’Écosse) qu’un groupe d’hommes se réunit régulièrement dans une grange pour implorer le pardon du Seigneur. Ils semèrent la vie.
Par ailleurs, 
« dans une petite maison au bord de la route dans le village de Barvas, vivaient deux femmes âgées, Peggy et Christine Smith. Elles avaient respectivement 84 et 82 ans. Peggy était aveugle et sa sœur avait le dos pratiquement courbé en deux à cause d’une arthrite. Comme il leur était impossible d’assister à des cultes publics, leur humble maison devint un sanctuaire où elles rencontraient Dieu. La promesse suivante leur fut donnée :  Je déverserai de l’eau sur celui qui a soif et qui habite une terre desséchée, Ésaïe 44.3. Elles prièrent cette promesse dans la supplication jour et nuit. »

La récolte fut magnifique : Entre 1949 et 1952, un glorieux réveil balaya les îles Hébrides et de très nombreuses personnes furent sauvées et libérées.

6.8 Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption ; mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle. 

6.8 : SEM : Celui qui sème pour satisfaire ses propres désirs d’homme livré à lui-même récoltera ce que produit cet homme, c’est-à-dire la corruption. Mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera ce que produit l’Esprit : la vie éternelle.

Paul semble ne distinguer que deux sortes de semailles : pour sa chair et pour l’Esprit  !

Semer pour sa chair c’est rechercher ses propres intérêts, ses propres plaisirs, sa propre gloire, une vaine gloriole tirée des hommes. C’est vouloir sauver sa vie, c’est idolâtrer son ego, en faire le centre de ses aspirations et de ses recherches… Jean appelle cette attitude l’amour du monde et l’orgueil de la vie.

La récolte (grec : therismos ) ce sera la ruine et la mort.

Celui qui sème pour l’Esprit renonce à lui-même, accepte la mort du vieil homme, accepte de crucifier sa chair avec ses convoitises, renonce à l’orgueil et à tout désir de briller et de se faire valoir, à la susceptibilité, aux mauvais soupçons (soupçonner le mal est un péché destructeur des relations fraternelles), il renonce à toute rancune et à toute amertume, à toute ambition charnelle, à toute soif de pouvoir, il consent à n’être rien, selon ce vieux cantique de Amélie Humbert (1851-1936), Sur les Ailes de la Foi, N°598 :

1. La voix du Seigneur m’appelle :
Prends ta croix et viens, suis-moi !
Je réponds : « Sauveur Fidèle,
Me voici, je suis à Toi ! »

Refrain

Jusqu’au bout je veux te suivre,
Dans les bons, les mauvais jours,
À Toi pour mourir et vivre,
À Toi, Jésus, pour toujours.

2. Mais le chemin du Calvaire
Est étroit et périlleux,
C’est un chemin solitaire,
Difficile et ténébreux.

3. Il faut quitter ceux qu’on aime,
Savoir être mal jugé,
Endurer l’injure même,
Du monde être méprisé.

4. Oui, perdre sa propre vie,
Consentir à n’être rien,
N’avoir qu’une seule envie :
Aimer Jésus, le seul bien.

5. Jésus donne grâce et gloire
Pour le suivre à chaque pas,
Avec lui, joie et victoire,
Paix et bonheur ici-bas !

Amélie Humbert  (1851-1936)

Ce cantique inspiré est un commentaire poétique des paroles suivantes de Jésus :

Luc 9.23-26 :  Puis, s’adressant à tous, il dit : Si quelqu’un veut me suivre, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix, et qu’il me suive. En effet, celui qui est préoccupé de sauver sa vie, la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera. Si un homme parvient à posséder le monde entier, à quoi cela lui sert-il s’il se perd ou se détruit lui-même ?  Si quelqu’un a honte de moi et de mes paroles, le Fils de l’homme, à son tour, aura honte de lui quand il viendra dans sa gloire, dans celle du Père et des saints anges. 

Celui qui sème dans la mort à lui-même récoltera la paix, la joie, la bénédiction, la vie éternelle.
Est-ce à dire que celui qui sème selon sa chair n’héritera pas la vie éternelle ?

Que sommes-nous en train de semer dans notre vie ? Que semons-nous par nos pensées, nos sentiments, nos paroles, notre comportement… ?

Que sommes-nous en train de semer dans notre vie de couple ? Qu’y semons-nous par nos relations, attitudes, silences, paroles, pensées… ?

Que sommes-nous en train de semer dans la vie de nos enfants ? Y semons-nous nos aigreurs, irritations, impatiences, paroles négatives ?

Que sommes-nous en train de semer dans l’Église ? Au lieu de travail ?

Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi, 6.7 

Osée 10.12 : Semez pour la justice et vous moissonnerez le fruit de la bonté.

6.9 : Ne nous lassons pas de faire le bien ; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. 

6.9 : SEM : Faisons le bien sans nous laisser gagner par le découragement. Car si nous ne relâchons pas nos efforts, nous récolterons au bon moment.

Il est possible que Paul revienne, dans ce verset 6.9, au thème abordé au verset 6.6, du soutient matériel ou financier aux enseignants et docteurs de l’Église :

1 Corinthiens 9.11 :  Puisque nous avons semé parmi vous les biens spirituels, serait-ce de notre part une prétention exorbitante si nous attendions de vous quelque avantage matériel ? 

2 Corinthiens 9.6,10 : Rappelez-vous : Semence parcimonieuse, maigre récolte. Semence généreuse, moisson abondante…  Celui qui fournit la semence au semeur et lui donne le pain dont il se nourrit vous donnera aussi, avec largesse, toute la semence nécessaire et fera croître les fruits de votre générosité.

Ne nous lassons pas de faire le bien 

Faire du bien, c’est semer des bénédictions sur sa vie et celles de ses enfants. Aider le pauvre c’est semer une bénédiction matérielle sur sa famille :

Proverbes 19.17 : Qui a pitié du pauvre, prête à l’Éternel qui le lui revaudra.

Proverbes 28.27 : Qui donne aux pauvres ne sera pas dans le besoin, qui se bouche les yeux à la misère d’autrui se charge de beaucoup de malédictions.

L’apôtre met l’accent, dans ce verset 6.9, sur la persévérance dans nos bonnes actions.
Le monde est ingrat. Et bien souvent aussi le monde chrétien. Il le sera de plus en plus car Paul déclare que dans les temps de la fin les hommes seront égoïstes, ingrats, sans cœur, sans pitié, cruels, enflés d’orgueil, 2 Timothée 3.1-9

Certains se découragent quand ils ne reçoivent pas de remerciements. Il est vrai que la reconnaissance peut aider à persévérer.
Toutefois, ceux-là ne se découragent pas, qui n’attendent rien des hommes, pas même de remerciements, mais qui attendent tout de Dieu.

au temps convenable 

C’est encore Dieu qui décide du moment de la récolte ! Si la récompense sur terre tarde, faisons confiance à l’amour et à la justice de Dieu.

6.10 :  Ainsi donc, tant que nous en avons l’occasion, faisons du bien à tout le monde, et en premier lieu à ceux qui appartiennent à la famille des croyants.

Paul exhorte les croyants à se montrer bienveillants, bienfaisants, serviables, miséricordieux, secourables envers tous, y compris leurs ennemis.
Tel est le cœur, tels sont nos actes. Si notre cœur est noble, bon, doux, humble et brave, nos actes seront bienfaisants et généreux.
Comme ailleurs dans l’Écriture, Dieu nous demande de donner la priorité aux croyants, litt. à
« la Maison de la foi ».

Tout ce que nous faisons au moindre des frères de Jésus, c’est à lui-même que nous le faisons, Matthieu 25.40-46

Conclusion :

Proverbes 11.17-19 : L’homme bienveillant se fait du bien à lui-même, mais l’homme cruel creuse son propre malheur. Le méchant fait une œuvre qui le trompe, mais celui qui sème la justice reçoit un salaire sûr. La justice mène à la vie, mais celui qui poursuit le mal court à la mort.

Psaumes 126.5-6 : Qui sème dans les larmes moissonnera avec des cris de joie !  Qui s’en va en pleurant alors qu’il porte sa semence reviendra en poussant des cris de joie, alors qu’il portera ses gerbes.

Ecclésiaste 11.6 : Dès le matin, répands ta semence et, jusqu’au soir, ne t’accorde pas de repos, car tu ne sais pas de l’une ou l’autre activité, laquelle réussira, ou si les deux s’avéreront aussi bonnes l’une que l’autre.

Seigneur, pardonne-nous toutes les occasions manquées de faire le bien.
Nous voulons semer en ton nom une bonne semence de paix, de joie et de vie.

Théophile Hammann

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*