LA CRAINTE DE DIEU

LA CRAINTE DE DIEU

La crainte de Dieu est une attitude de cœur hautement louée dans la Parole de Dieu et accompagnée des plus belles promesses.
Il n’y a pas d’homme ou de femme de Dieu de la Bible ou de l’Histoire de l’Église qui n’ait pas eu la crainte de Dieu.
Notons que des traductions récentes utilisent le verbe révérer à la place de craindre Dieu.

I DÉFINITION DE LA CRAINTE DE DIEU :

1. La peur de Dieu :
Au début de l’aventure de Dieu avec Israël, quand Israël ne le connaissait pas encore , Dieu trouva juste et bon de lui inspirer la peur de Dieu. La peur de Dieu est le commencement de la crainte de Dieu :
Ex 20.18-21:  Tout le peuple entendait les coups de tonnerre et le son de la trompette et voyait les flammes de la montagne fumante. A ce spectacle, le peuple tremblait et se tenait à bonne distance. 19 Ils dirent à Moïse : « Parle-nous, toi, et nous écouterons ; mais que Dieu ne nous parle pas, sinon nous mourrions. » 20 Moïse dit au peuple : « N’ayez pas peur, car c’est pour vous mettre à l’épreuve que Dieu est venu et c’est pour que vous ayez sa crainte devant les yeux afin de ne pas pécher. » 21 Le peuple restait à bonne distance, mais Moïse s’approcha de la nuée où se trouvait Dieu.
Dt 4.24 :
L’Éternel est comme un feu qui consume…
Moïse leur demande de ne pas avoir peur de Dieu, mais d’avoir la crainte de Dieu !
Cependant cette peur peut être salutaire, comme la peur du gendarme ou la peur des corrections pour un enfant.

2. La crainte de Dieu :
La crainte de Dieu n’est pas une peur servile, mais un immense respect filial devant la majesté divine.
Elle comprend de l’admiration, de la fascination et de l’attirance, de la soumission, de la vénération, une profonde révérence, de l’amour.
Elle comprend aussi le désir d’être agréable à Dieu, de lui plaire par nos pensées, paroles et actes. Ce que nous faisons révèle ce qu’il y a dans notre cœur.
La Bible définit la crainte de Dieu par ses actes :
Pr 8.13 : Craindre l’Éternel, c’est détester le mal. L’arrogance, l’orgueil, la voie du mal et la bouche perverse, voilà ce que je déteste. 

Pr 14.2 : Celui qui marche dans la droiture craint l’Éternel, mais celui qui emprunte des voies tortueuses, le méprise.
Ps 34.12-15 : Venez, mes fils, écoutez-moi, et je vous apprendrai comment vivre dans la crainte de l’Éternel. Qui désire une longue vie ? Qui voudrait être heureux ? Qu’il veille sur sa langue pour ne faire aucun mal, qu’aucun propos menteur ne passe sur ses lèvres. Détourne-toi du mal, et fais ce qui est bien, cherche la paix avec ténacité.
L’orgueil, les péchés de la langue, l’hypocrisie et tout mal sont d’abord un manque de respect et de crainte de Dieu.

3. L’absence de crainte de Dieu :
C’est une attitude de cœur irrespectueuse à l’égard de Dieu, qui se révèle également par des actes : Car c’est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies, Mt 15.19
Ps 36.1-5 : En moi-même, je médite sur ce que déclare le méchant dans son péché ; il est insensé, à ses yeux, d’avoir la crainte de Dieu. Il se considère d’un œil trop flatteur pour reconnaître sa faute, et la détester. Les paroles de sa bouche sont mensonge et tromperie ; il ne veut pas réfléchir en vue de faire le bien. La nuit, sur son lit, il projette un mauvais coup. Il s’obstine dans la voie qui n’est pas la bonne :
il ne veut pas
rejeter le mal.
David déclare que l’insensé fait le choix de ne pas avoir la crainte de Dieu. Il est responsable de l’attitude de son cœur. Chacun est responsable de ses choix, d’avoir la crainte de Dieu ou non.
Pr 14.2 : Celui qui se conduit avec droiture craint l’Éternel, mais celui qui suit des voies perverses le méprise.
Amalek, une tribu du désert, se comporte avec lâcheté à l’égard d’Israël, juste sorti d’Égypte :
Dt 25.17-18 : Souviens-toi de ce que t’a fait Amalek sur le chemin de votre sortie d’Égypte, la façon dont il est venu à ta rencontre sur ton parcours et, sans aucune crainte de Dieu, est tombé par-derrière sur toi, sur tous ceux qui se traînaient les derniers, pendant que tu étais toi-même fatigué et épuisé. 
Un fils d’Eliphaz et petit-fils d’Esaü se nommait Amalek. Sa mère Timna appartenait à la tribu des Horiens, intégrée à Edom, la tribu issue d’Esaü, frère de Jacob. Israël devait éradiquer Amalek (Ex 17.14,16 ; Nb 24.20 ; Dt 25.17,19) – ordre exécuté par Saül, puis David – ce qui pose problème, car Dieu ne permettait pas à Israël de combattre les descendants de ses proches parents tels que Esaü, et aussi Loth (les Moabites et les Ammonites), Dt 2.4-5,9,18-19.
L’explication semble être la suivante : La tribu nommée Amalek ne descend pas de Amalek, fils de Eliphaz et petit-fils de Esaü. En effet, selon une tradition arabe, et également selon une tradition juive rapportée par le rabbin Moïse Nahmanide (13è s.), on aurait attribué au descendant d’Esaü le nom de cette tribu non apparentée à Israël et dont il était devenu le chef.

Après le retour de la déportation à Babylone, de riches exploitants ont accepté que des pauvres de Jérusalem et de Judée se vendent à eux comme esclaves :
Né 5.9 : J’ai ajouté : Ce que vous faites n’est pas bien. Ne devriez-vous pas marcher dans la crainte de notre Dieu, pour ne pas donner aux païens, nos ennemis, l’occasion de nous couvrir de honte ?
Néhémie explique qu’il a agi avec droiture, par crainte de Dieu :
Né 5.15 : Mes prédécesseurs dans cette charge avaient pressuré le peuple, exigeant qu’on leur remette chaque jour, outre le pain et le vin, quarante pièces d’argent.
Même leurs fonctionnaires exerçaient leur domination sur le peuple. Pour moi, je n’ai jamais agi de la sorte,
par crainte de Dieu.

4. La crainte de Dieu est une attitude du cœur :
Cette attitude du cœur se traduit ensuite par notre manière de penser, de parler, d’agir ou de ne pas agir.
Celui qui a la crainte de Dieu ressent une puissante affliction lorsqu’il offense Dieu par des péchés grands ou petits :

              LE MAL EST LÀ

1. Le mal est là, et Satan gronde,
Dites amis, avez-vous peur ?
Nous n’avons qu’une peur au monde,
C’est d’offenser notre Seigneur ? 

2. Entendez-vous railler le monde,
Prétendez-vous à quelque honneur ?
Nous n’avons qu’un honneur au monde,
C’est l’honneur de notre Seigneur.

3. Satan chez vous dansant la ronde,
Fera l’assaut de votre cœur.
Nous n’avons qu’un amour au monde,
C’est l’amour de notre Seigneur.

4. Argent, plaisirs, que tout abonde,
Espérez-vous plus grand bonheur ?
Nous n’avons qu’un espoir au monde,
C’est la victoire du Seigneur.

Celui qui a la crainte de Dieu cherche la pensée de Dieu avant d’agir. Il veut connaître la volonté de Dieu pour s’y conformer.

Celui qui a la crainte de Dieu a soif de Dieu, de la présence de Dieu. Il sait que le plus grand trésor de l’Univers, c’est Dieu lui-même, que la plus grande bénédiction, c’est la communion intime avec Dieu, c’est de connaître et vivre l’affection de Dieu, l’amitié de Dieu.

Abraham a été appelé ami de Dieu, non parce qu’il était parfait, ni parce qu’il avait une grande connaissance (il n’a rien compris quand Dieu lui a demandé de lui sacrifier son fils Isaac), mais parce que la crainte qu’il avait de Dieu, l’a conduit à lui faire confiance et à lui obéir.

II LA CRAINTE DE DIEU EST UN COMMANDEMENT :

Un très grand nombre de versets commandent à Israël, à l’Église et aux croyants de tous les temps, d’avoir la crainte de Dieu :
Dt 6.13 : C’est l’Éternel ton Dieu que tu dois craindre
Ps 33.8 : Que toute la terre craigne l’Éternel, que tous les habitants du monde tremblent devant lui…
Ps 34.10 : Craignez l’Éternel, vous ses saints, car rien ne manque à ceux qui le craignent.
Ph 2.12 : …mettez en œuvre votre salut avec crainte et profond respect.
Hé 12.28-29 :  Le royaume que nous recevons est inébranlable : soyons donc reconnaissants et servons Dieu d’une manière qui lui soit agréable, avec soumission et respect  car notre Dieu est un feu qui consume.

La seule fois qu’un ange évangélise, il invite la terre entière à avoir un saint respect devant le Dieu Tout-Puissant et à l’adorer :
Ap 14.6-7 : Ensuite je vis un autre ange volant au zénith. Il avait une Bonne Nouvelle éternelle à annoncer à tous les habitants de la terre, à toute nation, toute tribu, toute langue et tout peuple. Il disait d’une voix forte : « Craignez Dieu et rendez-lui gloire, car l’heure de son jugement est venue. Adorez celui qui a fait le ciel, la terre, la mer et les sources d’eau. »
1 P 1.17 : conduisez-vous avec une crainte respectueuse pendant le temps de votre séjour sur la terre.
De nombreux passages des Écritures ordonnent aux croyants comme aux non croyants d’avoir la crainte de Dieu, i.e. un respect extrême devant le Créateur.
Ce respect de Dieu doit nous faire plier les genoux devant la Majesté divine.
Ne pas obéir à ce commandement d’honorer, de vénérer, de glorifier et d’adorer Dieu, en un mot de craindre Dieu, est un péché dont il faut se repentir.
Prions : Éternel Dieu, pardonne-moi mon manque de crainte de Dieu dans mes pensées, mes paroles et mes actes. Je me repends devant toi, ô mon Dieu, et je te prie de mettre en moi un immense respect devant ta sainte majesté. Je veux que tu sois tout pour moi, que tu sois ma raison de vivre. Je t’appartiens, Dieu mon Père, pour toujours. Amen.

III EXEMPLES BIBLIQUES :

Tous les serviteurs de Dieu avaient une immense vénération de Dieu.
Cela est dit explicitement de plusieurs :

1. Abraham :
C’est par crainte de Dieu que Abraham a obéi à Dieu, qu’il est parti vers le Mont Morija avec son fils Isaac, deux serviteurs et un âne chargé du bois pour l’holocauste :
Gn 22.12 : L’ange reprit : Ne porte pas la main sur le garçon, ne lui fais pas de mal, car maintenant je sais que tu crains Dieu puisque tu ne m’as pas refusé ton fils unique.

2. Isaac :
Au moment de se séparer de Laban avec ses deux épouses, Jacob reproche à Laban son manque de loyauté à son égard, durant 20 ans :
Gn 31.42 : Si le Dieu de mon père, le Dieu d’Abraham, celui que craint Isaac, n’avait pas été en ma faveur, tu m’aurais maintenant renvoyé les mains vides. Dieu a vu ma peine et le travail de mes mains, et hier il a prononcé son jugement.
A Mitspa, devant un tas de pierres-témoin et une stèle, Jacob et Laban firent une alliance de paix :
Gn 31.53 : Jacob prêta serment au nom de celui que craignait son père Isaac.

3. Joseph :
Tenté par la femme de Potiphar, un officier de Pharaon, Joseph s’exclame :
Gn 39.9 : Comment commettrais-je un aussi grand mal et pécherais-je contre Dieu ?
Lors d’une famine dans le pays de Canaan, les frères de Joseph descendirent en Égypte pour y acheter du blé. Joseph les reconnut mais ne se fit pas connaître à eux. Au contraire, il les accusa d’être des espions et les fit jeter en prison pour trois jours :
Gn 42.18 :  Le troisième jour, Joseph leur dit : Faites ce que je vous dis et vous vivrez. Je crains Dieu !

4. Job :
L’auteur anonyme du livre de Job et Dieu rendent à Job le témoignage qu’il craint Dieu. Même Satan doit le reconnaître :
Jb 1.1 : Il y avait dans le pays d’Outs un homme qui s’appelait Job. Cet homme était intègre et droit. Il craignait Dieu et se détournait du mal.
A l’occasion d’un Conseil dans le ciel où Dieu recevait les anges et même Satan :
Jb 1.8 :  L’Éternel dit à Satan : As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur la terre. C’est un homme intègre et droit. Il craint Dieu et se détourne du mal.
Jb 1.9 : Satan répondit à l’Éternel : Est-ce de façon désintéressée que Job craint Dieu
Dieu peut-il aussi nous rendre ce beau témoignage que nous avons une sainte considération et un saint respect pour lui ?

5. Abdias :
Abdias était serviteur du roi idolâtre Achab, il avait constamment affaire à Jézabel, l’épouse païenne du roi Achab et à ses mensonges, ses sortilèges, ses crimes.
En tant que serviteur loyal du Dieu d’Israël, sa vie était constamment en danger.
Ce que la Bible déclare de cet homme que Élie le prophète a rencontré à la fin des trois ans de famine, est absolument remarquable :
1 R 18.3 : Abdias craignait beaucoup l’Éternel.
Le contact avec Achab et Jézabel et leurs abominations, ne l’a pas rendu tiède dans sa foi ! Abdias n’a pas été contaminé par le péché et n’a pas vécu, selon l’esprit de son temps, dans la compromission. Abdias craignait beaucoup l’Éternel !

6. Les responsables en Israël :
Dieu demande à Moïse d’établir à la tête du peuple, des hommes craignant Dieu :
Ex 18.21 : Choisis parmi tout le peuple des hommes capables, qui craignent Dieu, des hommes intègres, incorruptibles ; établis-les sur eux comme chefs de milliers, de centaines, de cinquantaines et de dizaines. 

7. Les rois d’Israël :
Dieu a ordonné que tout roi sur Israël lise quotidiennement la Loi et qu’il ait la crainte de Dieu :
Dt 17.19 :
Cette copie ne le quittera pas, il y lira tous les jours de sa vie afin d’apprendre à craindre l’Éternel, son Dieu, à respecter et à mettre en pratique toutes les paroles de cette loi et toutes ces ordonnances.

IV LES CONSÉQUENCES DE LA CRAINTE DE DIEU :

1. La crainte de Dieu est la voie royale vers la sagesse de Dieu :
Celui qui n’a pas la crainte de Dieu est un insensé.
Pr 1.7 : La clé de la sagesse, c’est de craindre l’Éternel, mais les insensés dédaignent la sagesse et l’éducation.
Pr 9.10 : Craindre l’Éternel est l’élément primordial de toute connaissance, et connaître le Dieu saint est la source de la raison saine.
Pr 15.33 : Craindre l’Éternel, c’est se mettre à l’école de la sagesse : Avant d’être honoré, il faut savoir être humble.
Ps 111.10 : La clé de la sagesse, c’est de craindre l’Éternel. Ceux qui s’y tiennent ont une saine intelligence. Qui observe ses lois est vraiment avisé. Sa louange subsiste jusqu’en l’éternité.

Celui qui a un intense respect pour Dieu, reçoit des révélations des projets de Dieu et de la manière dont Dieu voit toutes choses. Il reçoit la pensée de Dieu.
Avoir la sagesse de Dieu est absolument primordial. Ne pas avoir le regard de Dieu sur les temps et les circonstances, c’est être un insensé.

2. L’Éternel aime ceux qui le craignent :
Ac 10.35 :
 Dans toute nation, tout homme qui le craint et qui fait ce qui est juste lui est agréable.
Ps 25.14 : L’amitié de l’Éternel est pour ceux qui le craignent et son alliance leur donne instruction. 
Ps 147.11 : L’Éternel prend plaisir en ceux qui le révèrent, en ceux qui comptent sur son amour.
( Ou : L’Éternel aime ceux qui le craignent… )
Lc 1.50 :
Sa bonté s’étendra d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Ps 31.20 : Combien est grande la bonté que tu tiens en réserve pour ceux qui te craignent, et que tu viens répandre sur ceux qui s’abritent en toi, au vu de tous les hommes.
Ps 103.11 : SEG : Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant sa bonté est grande pour ceux qui le craignent.
Ps 103.11 : SEM : Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant l’amour de Dieu dépasse tous ceux qui le révèrent.
Ps 103.13 : SEG : Comme un père a compassion de ses enfants, l’Éternel a compassion de ceux qui le craignent.
Ps 103.13 : SEM : Comme un père est plein d’amour pour ses enfants, l’Éternel est rempli d’amour pour ceux qui le révèrent.
Ps 103.17 : Éternel, ton amour est là depuis toujours et durera toujours pour ceux qui te craignent. Ta loyauté demeure à l’égard des enfants de leurs enfants.

3. L’Éternel donne la vie à ceux qui le craignent :
Pr 22.4 : Sois humble et crains l’Éternel, tu seras riche et honoré, et tu recevras la vie.
Pr 14.27 : Craindre l’Éternel est une source de vie qui fait échapper aux pièges de la mort.
Pr 19.23 : Craindre l’Éternel mène à la vie, et, comblé, on passe même la nuit à l’abri du malheur.

Une longue vie :
Dt 6.1-2 : Voici les commandements, les ordonnances et les lois que l’Éternel ton Dieu m’a chargé de t’enseigner pour que tu les appliques dans le pays où tu vas entrer pour en prendre possession, afin que tu craignes l’Éternel, ton Dieu, en respectant tous les jours de ta vie, toi, ainsi que ton fils et ton petit-fils, toutes ses ordonnances et tous ses commandements que je te transmets. Ainsi tu jouiras d’une longue vie.
Pr 10.27 : La crainte de l’Éternel prolonge la vie, tandis que les années des méchants sont abrégées.

4. L’Éternel exauce les prières de ceux qui le craignent :
Ps 145.19-20 : Il accomplit les désirs de ceux qui le craignent, il entend leur cri et les délivre. L’Éternel garde tous ceux qui l’aiment, mais il détruira tous les méchants.
Ps 61.6 : Oui, ô Dieu, mes souhaits, tu les as exaucés, et tu m’as accordé la part que tu réserves à ceux qui te craignent..

5. L’Éternel conduit ceux qui le craignent :
Ps 25.12 : A l’homme qui craint l’Éternel, l’Éternel montre la voie qu’il doit choisir.
Les incroyants sont conduits par leurs passions, ceux qui craignent l’Éternel ont le privilège d’être conduits par la Saint Esprit et la Parole qu’il a inspirée.
Bien plus, Dieu révèle ses pensées cachées à ceux qui le craignent :
Ps 25.14 : SEM :
 L’Éternel confie ses secrets à ceux qui le craignent, il leur fait connaître son alliance.

6. L’Éternel pourvoit aux besoins de ceux qui le craignent :
Ps 111.5 : Il pourvoit aux besoins de ceux qui le révèrent. Il se souvient toujours de son alliance.
Ps 33.18-19 : mais le regard de l’Éternel est sur ceux qui le craignent sur ceux qui espèrent en sa bonté, afin de les délivrer de la mort et de les faire vivre, même en temps de famine.
Ps 34.10 : Craignez l’Éternel, vous ses saints, car rien ne manque à
ceux qui le craignent.
Pr 22.4 : Sois humble et crains l’Éternel, tu seras riche et honoré, et tu recevras la vie.
Ps 61.6 : Oui, ô Dieu, mes souhaits, tu les as exaucés, et tu m’as accordé la part que tu réserves à ceux qui te craignent.

7. L’Éternel assure la sécurité à ceux qui le craignent :
J’ai déjà mentionné Pr 19.23  où il est dit que Dieu protège pendant la nuit ceux qui le craignent, et
Ps 33.18-19 où Dieu promet d’arracher à la mort et de faire vivre pendant la famine ceux qui le craignent.
Pr 14.26 :
Celui qui craint l’Éternel possède un appui solide et ses enfants trouveront un sûr refuge.
Ps 34.8 : L’ange de l’Éternel campe autour de ceux qui le craignent, et il les arrache au danger.
Ps 31.20-21 : Oh ! combien ta bonté est grande ! Tu la tiens en réserve pour ceux qui te craignent, tu la témoignes à ceux qui cherchent refuge en toi face aux hommes. Tu les caches dans l’abri de ta présence contre ceux qui les persécutent, tu les protèges dans ta tente contre les langues hostiles.
Ec 7.18 : Celui qui craint Dieu trouve une issue en toutes situations. ( ou : échappe à tout. )

8. L’Éternel guérit ceux qui le craignent :
Ml 3.20 : Mais pour vous qui craignez mon nom, se lèvera le soleil de justice, qui portera dans ses rayons la guérison. Alors vous sortirez et vous gambaderez tout comme des veaux à l’engrais.

9. Ceux qui craignent l’Éternel sont heureux :
Ps 112.1 : Heureux l’homme qui craint l’Éternel, qui trouve un grand plaisir à ses commandements.
Ec 8.12-13 : En effet, le pécheur peut faire 100 fois le mal et continuer à vivre. Mais je sais aussi que le bonheur est pour ceux qui craignent Dieu parce qu’ils éprouvent de la crainte devant lui, et qu’il ne sera pas pour le méchant : le méchant ne prolongera pas plus son existence que l’ombre, parce qu’il n’éprouve pas de crainte devant Dieu.
Dt 6.4 : L’Éternel nous a ordonné de mettre toutes ces prescriptions en pratique et de craindre l’Éternel, notre Dieu, afin que nous soyons toujours heureux et qu’il nous conserve la vie, comme il le fait aujourd’hui.

10. Ceux qui craignent Dieu sont en bénédiction à leur pays :
Ps 85.10 : Oui, son salut est près de ceux qui le craignent, et ainsi la gloire habitera notre pays.
Les justes sont en bénédiction à leur pays. S’il y avait eu dix justes dans les villes de Sodome et Gomorrhe, Dieu ne les aurait pas détruites.
Pr 11.11 : Une cité prospère quand des justes attirent la bénédiction sur elle, mais les paroles des méchants œuvrent à sa ruine.
Laban a été béni matériellement à cause de Jacob. Potiphar et Pharaon et toute l’Égypte étaient bénis à cause de la présence du seul Joseph à la tête de la nation.
Pr 14.34 :  La justice élève une nation, mais le péché est la honte des peuples.

On peut résumer les fruits de la crainte de Dieu par un passage d’un psaume :
Ps 115.11-15 :   Vous qui craignez l’Éternel, confiez-vous en l’Éternel ! Il est leur secours et leur bouclier. L’Éternel pense à nous : il bénira… Il bénira ceux qui craignent l’Éternel, petits et grands. L’Éternel vous fera prospérer, vous et vos enfants. Soyez bénis par l’Éternel, qui a fait le ciel et la terre !
Cette merveilleuse bénédiction est autant matérielle que spirituelle. Elle concerne tous les domaines de notre vie. Oui, la crainte de l’Éternel est le secret de la bénédiction, de la réussite dans toutes nos entreprises.

V CONSÉQUENCES DE L’ABSENCE DE CRAINTE DE DIEU :

1. Ceux qui n’ont pas un profond respect de Dieu, ne progressent pas dans la sanctification : Sanctification et crainte de Dieu sont souvent associées :
Ps 55.20 :  
Il n’y a pas de changement en eux ( en ceux qui poursuivent David ), parce qu’ils ne craignent pas Dieu.
Ph 2.12 : Travaillez à votre salut avec crainte et tremblement Ou : Mettez en œuvre votre salut avec crainte et profond respect.
2 Co 7.1 : Bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu.
La crainte de Dieu est un préalable à toute vie chrétienne victorieuse et à tout ministère béni.
Ceux qui ont la crainte de Dieu sont transformés à l’image de Christ, par le saint Esprit qui est en eux.

 

L’Ancien Testament, en plusieurs endroits, associe l’absence de crainte de l’Éternel à la désobéissance aux commandements de Dieu, résumés dans le décalogue ( Ex 20.1-17; Dt 5.1-22 ) et dans le premier et plus grand commandement ( Mt 22.35-40 ; Dt 6.5 ).
C’est par manque de respect pour Dieu, qu’on pèche contre Dieu. Aussi trouve-t-on au milieu des malédictions de Dt 28, les versets suivants :
Dt 28.58-61 : «  Si tu ne veilles pas à mettre en pratique toutes les paroles de cette loi, qui sont écrites dans ce livre, à craindre ce nom glorieux et redoutable, celui de l’Éternel, ton Dieu, 59 l’Éternel te frappera, toi et ta descendance, de fléaux
extraordinaires. Il te frappera de fléaux importants et durables, de maladies graves et tenaces. 60 Il amènera sur toi toutes les maladies d’Égypte devant lesquelles tu tremblais et elles s’attacheront à toi. 61  Et même, l’Éternel fera venir sur toi, jusqu’à ce que tu sois détruit, toutes sortes de maladies et de fléaux qui ne sont pas mentionnés dans le livre de cette loi. 

Ceci est bel et bien la réaction de Dieu face aux péchés engendrés par l’absence de crainte de Dieu, dans la Nouvelle comme dans l’Ancienne Alliance. Mais je m’empresse d’ajouter que la croix de Jésus apaise le saint et juste courroux de Dieu. Le sang de Jésus versé pour nous, nous rend Dieu propice, et il ne peut que aimer ceux qui sont lavés dans le sang de l’Agneau.
Le sang de Jésus nous purifie de tout péché !


2. L’absence de crainte de Dieu nous prive des bénédictions liées à la crainte de Dieu :
Dieu est souverain et il fait ce qu’il veut, mais il est logique de conclure que ceux qui n’ont pas la crainte de Dieu ne jouissent pas des immenses, nombreuses et glorieuses bénédictions dont Dieu comble ceux qui le craignent. Voir § IV.
Par exemple, ceux qui craignent l’Éternel sont heureux, mais ceux qui n’ont pas la crainte de Dieu ne le sont pas :
Ec 8.12-13 :
En effet, le pécheur peut faire 100 fois le mal et continuer à vivre. Mais je sais aussi que le bonheur est pour ceux qui craignent Dieu parce qu’ils éprouvent de la crainte devant lui, et que le bonheur ne sera pas pour le méchant : le méchant ne prolongera pas plus son existence que l’ombre, parce qu’il n’éprouve pas de crainte devant Dieu
.
Sans la crainte de Dieu, il est impossible de lui être agréable, d’avoir une profonde communion avec lui, d’être béni.

VI COMMENT AVOIR LA CRAINTE DE DIEU, OU PLUS DE CRAINTE DE DIEU ?

1. L’absence de crainte de Dieu est un péché dont il faut se repentir :
La crainte de Dieu est une disposition du cœur tellement fondamentalement importante aux yeux de Dieu et aux conséquences tellement cruciales pour notre vie, que son absence est un péché grave aux yeux de Dieu.
Pour trouver ou retrouver la crainte de Dieu il est indispensable de s’humilier sincèrement et profondément devant lui.
• L’absence de crainte de Dieu peut déjà être un jugement de Dieu :
Es 63.17 : Pourquoi, ô Éternel, nous fais-tu errer loin de tes voies, et endurcis-tu notre cœur contre ta crainte ? Reviens, pour l’amour de tes serviteurs, des tribus de ton héritage !
Si nous savons quels péchés ont amené Dieu à fermer notre cœur à la crainte de son saint nom, nous devons nous en repentir d’une manière vraie et radicale.
Si nous ne connaissons pas les raisons de l’endurcissement de notre cœur à l’égard de Dieu, nous pouvons demander à Dieu de nous parler. S’il ne le fait pas, c’est que nous pouvons retrouver la crainte de Dieu sans connaître les raisons de notre endurcissement.
Il n’y aura pas de restauration, sans puissante humiliation devant la sainteté de Dieu.

2. La crainte de Dieu est un choix :
Le roi David déclare que le méchant choisit de ne pas respecter et honorer Dieu, il choisit le mal et non le bien :
Ps 36.1-5 : En moi-même, je médite sur ce que déclare le méchant dans son péché ; il est insensé, à ses yeux, d’avoir la crainte de Dieu. Il se considère d’un œil trop flatteur pour reconnaître sa faute, et la détester. Les paroles de sa bouche sont mensonge et tromperie ; il ne veut pas réfléchir en vue de faire le bien. La nuit, sur son lit, il projette un mauvais coup. Il s’obstine dans la voie qui n’est pas la bonne : il ne veut pas rejeter le mal.
La Sagesse, c’est-à dire Jésus, le Logos reproche aux stupides, aux moqueurs et aux insensés de ne pas choisir la crainte de Dieu :
Pr 1.29-31 : Puisqu’ils ont détesté mon enseignement et qu’ils n’ont pas choisi de craindre l’Éternel, qu’ils n’ont pas voulu de mes conseils et qu’ils ont dédaigné tous mes avertissements, eh bien, ils récolteront les fruits de leur conduite et ils se repaîtront jusqu’à ce qu’ils en aient plus qu’assez de leurs propres projets.

3. La crainte de Dieu vient de la Parole de Dieu :
Tous les 7 ans il devait y avoir un grand rassemblement national où la Loi devait être lue en public :
Dt 31.11-13 :  Quand tout Israël viendra se présenter devant l’Éternel votre Dieu dans le lieu qu’il aura choisi, vous lirez cette Loi pour tout Israël.  Vous rassemblerez tout le peuple, les hommes, les femmes, les enfants et les étrangers qui résident chez vous, afin qu’ils entendent la lecture de la Loi, qu’ils apprennent à révérer l’Éternel votre Dieu et à obéir à toute cette Loi en en appliquant toutes les ordonnances. Ainsi leurs enfants, qui ne la connaîtront pas encore, l’entendront aussi et apprendront à révérer l’Éternel votre Dieu, tant que vous vivrez dans le pays dont vous allez prendre possession, après avoir traversé le Jourdain.
Toutes les générations et les étrangers devaient écouter la lecture de la Loi pour avoir la crainte de l’Éternel.

4. On apprend la crainte de Dieu par l’enseignement des fidèles serviteurs de Dieu :
Dans le style des Maîtres enseignant la sagesse à leurs disciples, le roi David convoque ceux qui se laissent former à son contact et leur enseigne comment vivre dans la crainte de l’Éternel :
Ps 34.12-15 : Venez, mes fils, écoutez-moi : je vous enseignerai la crainte de l’Éternel. Qui donc aime la vie et désire voir des jours heureux ? Alors préserve ta langue du mal et tes lèvres des paroles trompeuses, détourne-toi du mal et fais le bien, recherche la paix et poursuis-la.
On apprend incidemment que la crainte de Dieu consiste, entre autre, à contrôler sa langue, à haïr le mal et à être des instruments de paix.

5. Le croyant doit réclamer la crainte de Dieu dans la prière :
Dans le Psaume 86, avant même de demander à Dieu de le délivrer des hommes violents, David réclame à Dieu un cœur humble et pur qui craint Dieu :
Ps 86.11 : Enseigne-moi, ô Éternel, à suivre les voies que tu traces, et je me conduirai selon ta vérité. Accorde-moi un cœur qui te craigne sans partage.
David a soif d’avoir un cœur bien disposé à l’égard de Dieu, mais il sait qu’il ne peut pas le créer lui-même, il peut juste le réclamer à Dieu. Il en est de même pour nous.
Une des promesses de la Nouvelle Alliance est précisément que Dieu donne la crainte de son nom à ceux qui entrent dans la Nouvelle Alliance :

6. Dieu lui-même produit en nous un immense respect pour sa glorieuse personne :
Jr 32.40 : Je conclurai avec eux une alliance éternelle, par laquelle je ne les délaisserai pas mais leur ferai du bien, je les amènerai à me craindre de tout leur cœur pour qu’ils ne se détournent plus de moi.
Comme pour la plupart des promesses, la réalisation de celle-ci n’est sans doute pas automatique. Mais cette promesse est un fondement sûr et ferme pour les prières des enfants de Dieu. Dieu est fidèle. Celui qui réclame sincèrement un cœur qui craint Dieu, ne manquera pas de le recevoir.

CONCLUSION :
Pouvons-nous, maintenant, dans notre cœur, dire à Dieu que nous choisissons, au nom de Jésus, d’avoir un immense respect devant sa sainte Majesté et de l’honorer par nos pensées, nos paroles et notre conduite, parce qu’il en est digne ? Décidons, avec le secours du Saint Esprit, de ne plus penser de Dieu ou parler de Dieu d’une manière frivole, superficielle, vaine, ingrate, irrespectueuse, irrévérencieuse. Décidons, avec le secours de sa grâce, de ne plus utiliser son nom en vain.

Prière : Seigneur Jésus, toi qui a aimé, honoré, respecté ton Père en tout temps, mets en nous ces mêmes dispositions pour que nous ayons en tout temps, un immense respect, un immense amour pour notre Père Céleste. Amen !

Dieu honore ceux qui l’honorent :
Ml 3.20 : Mais pour vous qui craignez mon nom se lèvera le soleil de justice, et la guérison sera dans ses rayons. Vous sortirez en bondissant comme les veaux d’une étable…

Théophile Hammann

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.