VIE ET MORT AU GOULAG

VIE ET MORT AU GOULAG

Celui qui croit en moimême s’il meurtvivra. Jean 11.25

Boris Nikolaïevitch Kornfeld, médecin Juif rationaliste, pro-soviétique, fut interné, pour raisons politiques, dans le camp de concentration d’Ekibastouz au Kazakhstan. Un détenu cultivé et affable lui expliqua que le Juif Jésus était venu pour les Juifs d’abord et qu’il a accompli les prophéties divines concernant le Messie. La prière dominicale, que ce chrétien récitait souvent, impressionnait fortement le docteur. Tout ce qu’il apprenait sur le Christ le fascinait, cependant l’adhésion à la foi de ceux qu’il considérait comme des persécuteurs millénaires des Juifs, lui parut une horrible trahison de sa famille et de sa race.
Un des geôliers des plus ignobles fut poignardé par un bagnard. En pleine intervention chirurgicale sur ce geôlier, le Dr Kornfeld fut fortement tenté d’effectuer une suture défectueuse d’un vaisseau sanguin, qui ne tiendrait que peu de jours, et serait donc fatale.

Il fut alors effrayé de constater qu’il y avait en lui la même haine et les mêmes pensées de meurtre que chez ses persécuteurs. « Pardonne-nous nos péchés comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés » murmura-t-il. Face à sa totale impuissance à pardonner, il invoqua finalement Jésus, et son cœur s’apaisa ! Dès lors il pratiqua ce qui est juste. Il constata bientôt que sa haine avait disparu. Jésus l’avait libéré.

Un jour il dénonça un aide-soignant qui volait la nourriture des malades, notamment des pellagreux (malades de la carence en niacine ou vitamines PP ou B3). Le directeur envoya donc ce curatif trois jours au cachot. Craignant un acte de vengeance, le Dr Kornfeld, ne dormait dès lors plus qu’à l’hôpital.
Peu après, alors qu’il était en train d’opérer un interné atteint du cancer des intestins, il lui parla longuement de sa soif de Dieu et de sa découverte du Messie. La nuit suivante, il fut mortellement frappé à la tête de huit coups de marteau.
Mais le patient atteint du cancer des intestins réfléchit au témoignage du docteur Boris Kornfeld et crut, lui aussi, en Jésus. Son nom est Alexandre Soljenitsyne, l’auteur de L’Archipel du Goulag et prix Nobel de littérature.

Qui place sa confiance dans le Fils possède la vie éternelle. Qui ne met pas sa confiance dans le Fils ne connaît pas la vie ; il reste sous le coup de la colère de Dieu. Jean 3.36

Théophile Hammann

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.