HONORER LE SAINT ESPRIT

HONORER LE SAINT ESPRIT

  1. NOTRE DÉPENDANCE TOTALE DU SAINT ESPRIT :

Dans tous les domaines de notre vie spirituelle nous dépendons totalement du St Esprit qui habite en nous et que nous avons reçu de Dieu.

Ainsi, par exemple : il nous convainc de péché et nous donne la repentance ; il nous baptise et nous greffe en Christ ; parce qu’il est l’Esprit d’Adoption, il fait de nous des enfants adoptifs de Dieu ; il nous remplit, dans certaines conditions ; il nous sanctifie ; il nous console dans toutes nos afflictions ; il nous enseigne ; il nous conduit et nous dirige ; par ses onctions, il nous communique les dons du St Esprit ; Il est le témoin par excellence de Jésus-Christ et il fait de nous des témoins ; il nous aide à prier, notamment en priant en nous, en inspirant nos sujets de prière, et en nous donnant la persévérance et la foi ; il nous rend capables d’adorer en  Esprit et en vérité ; etc.

Za 4.6 : Ce n’est ni par la puissance ni par la force (bravoure), mais c’est par mon Esprit, dit l’Éternel, le maître de l’univers.

Sans l’aide et le secours tout-puissant de l’Esprit nous sommes faibles et aveugles spirituellement et notre vie chrétienne n’est que désolation et échec. Nous sommes totalement dépendants de lui dans tout ce que nous sommes et dans tout ce que nous faisons. Nous avons désespérément  besoin du St Esprit, à chaque seconde de notre vie.

  1. LE SAINT ESPRIT NOUS PROPOSE SA COMMUNION :

2 Co 13.13 : Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint Esprit soient avec vous tous.

Autrement dit, le Seigneur Jésus nous donne sa grâce, le Père nous donne son amour, et le St Esprit nous propose sa communion (grec : koinonia), i.e une relation vivante, personnelle et permanente avec lui.
Mais le St Esprit aussi nous aime :

Rm 15.30 : Je vous en supplie, frères et sœurs, par notre Seigneur Jésus-Christ et par l‘amour de l’Esprit, combattez avec moi en adressant à Dieu des prières en ma faveur.

il peut s’agir de l’amour dont il nous rend capables d’aimer, ou plutôt de l’amour qu’il manifeste, qu’il exprime pour nous.

D’après plusieurs passages bibliques, nous devons collaborer avec le St Esprit. Par exemple :

Rm 8.13 :  Si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez. 

Comment fait-on mourir, par le St Esprit, les actions charnelles du corps ? Par la foi, en confessant et proclamant les promesses de Dieu, par ex. celles de Rm 6, 7 et 8.
Souvent il suffit de louer Dieu parce que notre chair a été crucifiée, parce que nous sommes en Christ et qu’il est en nous, parce que la loi de l’Esprit qui donne la vie en Jésus Christ, nous a affranchis de la loi du péché et de la mort, pour être totalement délivrés du tentateur et avoir une complète victoire.

Nous devons donc collaborer, coopérer avec le St Esprit. Le mot grec koinonos veut dire collaborateur, associé (Lc 5.10 ; 2 Co 8.23). En Phm 17, il est traduit par compagnon ou ami.

Comme il n’y a pas d’exemple biblique de prière adressée au St Esprit, nous pouvons trouver difficile d’avoir une vraie communion avec le St Esprit.
On déclare souvent que dans sa vision des ossements desséchés, Ézéchiel a prié le Saint Esprit. Mais il n’en est rien. Ézéchiel n’a pas prié le Saint Esprit, mais il devait dire à l’Esprit (prophétiser) que c’est le Seigneur l’Éternel qui demande à l’Esprit de venir des quatre points cardinaux pour souffler sur les morts afin qu’ils revivent, Éz 37.9
Quoi qu’il en soit, on ne fonde pas une doctrine et une pratique chrétiennes comme celles des prières adressées au Saint Esprit, sur un verset unique, un verset, en outre, pas des plus clairs.

Ce que nous pouvons faire et qu’il est indispensable de faire, c’est d’être reconnaissants et heureux de l’inhabitation de l’Esprit en nous, de l’honorer et de le respecter.

Certains chrétiens ne parlent jamais du St Esprit, ne cherchent pas à en être remplis, ne recherchent pas sa présence, sont indifférents à son égard, n’ont pas soifs de l’eau vive que promettent les Saintes Écritures… Ils refusent la communion que le St Esprit leur propose.

Je crois que celui qui n’honore pas le St Esprit n’honore pas non plus le Père et le Fils qui l’ont envoyé. C’est par leur Esprit que le Père et le Fils habitent en nous.
Dieu est fier de l’habitation de son Esprit en nous :

Jc 4.5 : Croyez-vous que l’Écriture parle en vain ? C’est avec jalousie que Dieu chérit l’Esprit qu’il a fait habiter en nous. 
La communion avec le St Esprit est une profonde union de sa divine personne avec notre
esprit. La bible nous enseigne, en effet, que le St Esprit parle à notre esprit (pneuma) :

Rm 8.16 : L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.

Si nous vivons dans l’humilité et dans une attitude de repentance, le St Esprit agira librement et puissamment en nous, dans notre esprit, et nous communiquera toutes ses bénédictions : la sainteté, le fruit de l’Esprit, les dons… Il nous consolera, nous rendra forts, nous guidera etc.

Pour notre bien et la gloire de Dieu il prendra le contrôle de notre personne, tenant la chair asservie.

Ce processus n’est pas une dépersonnalisation comme c’est le cas quand des démons sont à l’œuvre. Le St Esprit est un gentleman qui ne nous rend pas esclaves, mais nous libère réellement jusqu’au plus profond de notre être.

  1. LA BIBLE MENTIONNE CINQ COMPORTEMENTS QUI OFFENSENT LE SAINT ESPRIT.

3.1. Résister, s’opposer au St Esprit :

Ac 7.51 : SEM : Ô vous hommes obstinés qui, comme de véritables incirconcis, gardez votre cœur et vos oreilles fermés, vous résistez  toujours à l’Esprit Saint !

Ac 7.51-53 : SG21 : (Discours d’Étienne)  Hommes réfractaires, incirconcis de cœur et d’oreilles ! Vous vous opposez toujours au Saint-Esprit ; vous êtes bien comme vos ancêtres. Lequel des prophètes vos ancêtres n’ont-ils pas persécuté ? Ils ont tué ceux qui annonçaient d’avance la venue du Juste, et c’est lui que vous avez fait maintenant arrêter et dont vous êtes devenus les meurtriers, vous qui avez reçu la loi par l’intermédiaire des anges et qui ne l’avez pas gardée ! 

Dans son discours, Étienne parle des Israélites qui ont entendu la Parole de Dieu par la bouche des prophètes et qui ne l’ont pas reçue, qui se sont endurcis, tuant même ces prophètes envoyés par Dieu. Les Israélites ont refusé sciemment l’appel du St Esprit à une authentique repentance.

Dieu dans son amour a continué longtemps à leur parler, mais en vain. Finalement ils ont été déportés par Nabuchodonosor.

Puis Étienne déclare aux chefs religieux qui l’écoutent qu’ils sont comme ces Israélites rebelles du désert : ils résistent au St Esprit.

Ce texte concerne d’abord les croyants ou mauvais croyants, car la Bible ne parle jamais de l’incirconcision du cœur des incroyants ou des païens.
Le péché de la résistance ou de l’opposition au St Esprit, c’est le péché de la désobéissance !
La désobéissance a perdu Saül et ruiné le ministère de beaucoup de serviteurs de Dieu.

1 S 15.23 : Car la désobéissance est aussi coupable que la divination, et la résistance au Seigneur est aussi coupable que le péché d’idolâtrie. Puisque tu as rejeté la parole de l’Éternel, il te rejette aussi comme roi.

Imperceptiblement le péché de désobéissance endurcit le cœur des croyants, et les rend insensibles à tout message de repentance. Ils entendent mais ne prennent pas à cœur.

Finalement Dieu est obligé d’envoyer son jugement.
« Nous devons sans cesse huiler notre girouette afin qu’elle s’oriente bien selon le vrai sens de
l’Esprit, et ne reste pas calée par la rouille de nos habitudes » (Albert Schweitzer).

3.2 Éteindre le Saint Esprit :

1 Th 5.19 : N’éteignez pas l’Esprit.
Le contexte est celui du mépris de prophéties (5.20) ; Paul veut donc dire qu’il ne faut pas
refuser, mépriser les dons du St Esprit, ou s’opposer aux dons du St Esprit. Rejeter les dons, sauf s’ils sont faux, c’est éteindre le St Esprit comme on éteint une flamme.

Timothée a négligé les dons qu’il avait reçus par imposition des mains des Anciens, et séparément de Paul. Paul l’incite donc à ranimer les dons comme on ranime un feu en train de s’éteindre :

1 Tm 4.14-15 : Ne néglige pas le don qui est en toi, et qui t’a été donné par prophétie avec l’imposition des mains du Conseil des Anciens. Occupe-toi de ces choses, donne-toi tout entier à elles…

2 Tm 1.6 : C’est pourquoi, je te le rappelle, ranime la flamme du don de Dieu que tu as reçu lorsque je t’ai imposé les mains.

Mépriser un don, sauf s’il s’agit d’un faux don, c’est offenser le Donateur.
Nous  devons discerner si les prophéties sont de Dieu ou non. Des prophéties qui ne sont pas en harmonie avec l’enseignement des Saintes Écritures ou qui ne se réalisent pas sont évidemment fausses. Elles peuvent provenir de la chair orgueilleuse ou des esprits de mensonge. J’ai entendu ces trente dernières années des centaines de prophéties dont l’immense majorité était fausse.

3.3  Attrister le Saint Esprit :

Ep 4.30 : N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption.

Ep 4.30 : SEM : N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu car, par cet Esprit, Dieu vous a marqués de son sceau comme sa propriété pour le jour de la délivrance finale.

Cette exhortation se trouve au milieu d’une longue liste de péchés de toutes sortes.

Il est donc clair que tout péché attriste le St Esprit.

Le St Esprit est très sensible. Il est représenté dans la Bible sous la forme d’une Colombe.
Nous connaissons le caractère doux et paisible des tourterelles.
Lorsque nous péchons et ne nous repentons pas immédiatement de ce péché et ne nous en détournons pas avec horreur, le St Esprit est attristé. Il ne se retire pas, mais il n’agit plus, de sorte que le croyant est livré à lui-même, et ne jouit plus du secours tout-puissant de l’Esprit.
Il va donc tomber sous l’emprise de la chair, s’éloigner progressivement de Dieu et vivre de plus en plus comme un incroyant.
Un croyant qui a attristé l’Esprit peut vivre comme un païen.
L’amour du monde et les choses qui sont dans le monde attristent l’Esprit, mais suscitent aussi une sainte indignation chez Dieu le Père :

Ja 4.4-5 : Adultères que vous êtes ! ne savez-vous pas que l’amour du monde est inimitié contre Dieu ? Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu.  Croyez-vous que l’Écriture parle en vain ? C’est avec jalousie que Dieu chérit l’Esprit qu’il a fait habiter en nous. 

Le chemin du retour c’est le chemin de la sincère repentance.

3.4  Mentir au Saint Esprit :

En Actes 5.3 et 9, l’apôtre Pierre parle de mentir et tenter ou provoquer le Saint Esprit :

Ac 5.1-11 :  Cependant, un homme appelé Ananias, avec Saphira sa femme, vendit une propriété et garda une partie du prix, en accord avec sa femme. Il apporta le reste et le déposa aux pieds des apôtresPierre lui dit : « Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, au point que tu aies menti au Saint-Esprit et gardé une partie du prix du champ ? S’il n’avait pas été vendu, ne te restait-il pas ? Et, après l’avoir vendu, n’avais-tu pas le droit de disposer du prix ? Comment as-tu pu former dans ton cœur un projet pareil ? Ce n’est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu. » Quand Ananias entendit ces paroles, il tomba et expira. Une grande crainte s’empara de tous ceux qui l’apprirent. Les jeunes gens se levèrent pour envelopper le corps, puis ils l’emportèrent pour l’enterrer.

Environ trois heures plus tard, sa femme entra sans savoir ce qui était arrivé. Pierre lui adressa la parole: « Dis-moi, est-ce bien à ce prix que vous avez vendu le champ ? » « Oui, répondit-elle, c’est à ce prix-là.» Alors Pierre lui dit: « Comment avez-vous pu vous mettre d’accord pour provoquer l’Esprit du Seigneur ? Ceux qui ont enterré ton mari sont à la porte et ils vont t’emporter, toi aussi. » Elle tomba immédiatement aux pieds de l’apôtre et expira. Quand les jeunes gens rentrèrent, ils la trouvèrent morte et l’emportèrent pour l’enterrer à côté de son mari. Une grande crainte s’empara de toute l’Église et de tous ceux qui apprirent ces événements.

Ananias et sa femme Saphira pouvaient légitimement garder le prix de la vente de leur champ, en tout ou en partie.

Leur mensonge avait pour but de les faire passer pour des chrétiens plus spirituels qu’ils n’étaient.

Ils magouillaient sans vergogne, mais ne voulaient pas perdre la face devant les autres chrétiens. Ils ne se souciaient pas d’être bien vus de Dieu, ils recherchaient la gloire des hommes. En somme, c’étaient des fourbes, des hypocrites ! Voilà en quoi consistait leur mensonge contre le St Esprit et leur provocation du St Esprit.
Le jugement était à la hauteur de l’action glorieuse du St Esprit à cette époque.

Le St Esprit hait le bluff, la tromperie, le faux-semblant. Il aime les cœurs droits et intègres.

3.5 Outrager le Saint Esprit :

Hé 10.29 : SEM : A votre avis, si quelqu’un couvre de mépris le Fils de Dieu, s’il considère comme sans valeur le sang de l’alliance, par lequel il a été purifié, s’il outrage le Saint-Esprit, qui nous transmet la grâce divine, ne pensez-vous pas qu’il mérite un châtiment plus sévère encore ?

Hé 10.29 : SG21 : Quelle peine bien plus sévère méritera-t-il donc, à votre avis, celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura jugé sans valeur le sang de l’alliance grâce auquel il a été déclaré saint et aura insulté  l’Esprit de la grâce ?

L’épître aux Hébreux parle ici de croyants qui ont été éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au St Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés (Hé 6.4-6).

Hé 10.30 : Le Seigneur jugera son peuple.

Hé 6.6-8 : Il est impossible que ces chrétiens soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie. Lorsqu’une terre abreuvée par la pluie qui tombe souvent sur elle, produit une herbe utile à ceux pour qui elle est cultivée, elle participe à la bénédiction de Dieu ; mais, si elle produit des épines et des chardons, elle est réprouvée et près d’être maudite, et on finit par y mettre le feu.

Hé 10.26-31 : Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles. Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins ; de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce ? Car nous connaissons celui qui a dit : A moi la vengeance, à moi la rétribution ! et encore : Le Seigneur jugera son peuple. C’est une chose terrible de tomber entre les mains du Dieu vivant.

  Il s’agit là du blasphème contre le St Esprit dont parle aussi Jésus en Mt 12.31

Conclusion :

Aimons le Saint Esprit que Dieu nous a donné, obéissons-lui avec une crainte respectueuse, choyons-le comme un hôte infiniment respectable, majestueux, noble et précieux.

Pardonne-nous, ô Dieu de n’avoir pas honoré comme nous aurions dû, le fantastique cadeau que tu nous a fait en la personne glorieuse du Saint Esprit. Amen.

Théophile Hammann

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*