LES DERNIÈRES HEURES DE FRANÇOIS 1er

LES DERNIÈRES HEURES DE FRANÇOIS 1er

Jésus lui répondit [à l’un des deux criminels crucifiés à côté de Jésus] : Vraiment, je te l’assure : aujourd’hui même, tu seras avec moi dans le paradis. Luc 23.43

Une grande affection et un profond respect liaient le roi François 1er ((1494-1547)  et sa sœur Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre. Elle était membre du Conseil du roi et siégeait au Conseil Restreint. Or, elle était très ouverte à la foi Huguenote (évangélique), confessant la divine inspiration et la pleine autorité des Écritures, professant le salut par la foi seule, sans les œuvres. Elle parla souvent de l’enseignement des Saintes Écritures à son frère, mais celui-ci, en dépit de sa sympathie pour les réformés et les actions de Marguerite en leur faveur, préféra souvent les stratégies politiques à la pureté et à la vérité évangéliques. Ainsi permit-il en 1545 le massacre de 3000 Vaudois et l’envoi de 670 autres aux galères.
Cependant, selon Pierre du Chastel, évêque de Mâcon et lecteur ordinaire du roi, il se repentit sincèrement de ses péchés sur son lit de mort : « il fit une profession de foi publique complétée par un aveu repentant de ses fautes : il avait grande déplaisance des offenses commises envers Dieu… ».
Il pria ainsi : « Seigneur, vous avez enduré le fait de ceste chair et condition mortelle, les travaulx, blasphèmes, oultraiges et les playes des espines, les cloux et la croix, et ne vous estes laissé une seulle goutte de sang, pour nous. Duquel sang, sire, ordonnez et commandez que soit effacée la condamnation des péchez de ce roy contrict et pénitent qui n’a espérance sinon en votre miséricorde… ».
Il tint à faire savoir à ses ennemis qu’il leur pardonnait. « Mais il semble faire peu de prix des dogmes proprement catholiques, de ceux qu’ont combattus les églises réformées ; il ne demande ni messes ni prières pour le repos de son âme, ne fait ni aumônes ni fondations pieuses pour le rachat de ses péchés. C’est à peine s’il mentionne l’intercession de la Vierge et des saints ; il préfère s’adresser constamment et directement à Dieu : ce sont les souffrances et les mérites du Christ, c’est son sang qui effacent les péchés. Il… semble entendre que ses œuvres ne sont rien et que seule la foi dans le Christ peut le sauver. »
François 1er mourut dans la paix de Dieu le 31 mars 1547.
Éphésiens 2.8-10 :  Car c’est par grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, c’est un don de Dieu ; ce n’est pas le fruit d’œuvres que vous auriez accomplies. Personne n’a donc de raison de se vanter. Ce que nous sommes, nous le devons à Dieu ; car par notre union avec Jésus-Christ, Dieu nous a créés pour une vie riche d’œuvres bonnes qu’il a préparées à l’avance afin que nous les accomplissions.

Théophile Hammann

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*