UNE VIE DE PRIÈRE

UNE VIE DE PRIÈRE

Il est fantastique et glorieux de savoir que Dieu exauce les prières !

Nous, chrétiens, ne sommes jamais à bout de ressources, jamais abandonnés, parce que, si nous remplissons certaines conditions, le Dieu Tout-Puissant exauce nos prières.
La prière s’adresse à Jésus, le Fils de Dieu, ou au Père au nom de Jésus qui est le seul intermédiaire entre Dieu et les hommes.

A. QU’EST-CE QUE LA PRIÈRE ?

1. La prière, une communion avec Dieu 

La prière est d’abord une intimité avec Dieu. La vie éternelle consiste à connaître le Père et celui qu’il a envoyé, Jésus-Christ, Jean 17.3.

« La prière est une communion qui nécessite deux personnes bien disposées : Dieu et nous. » (Georges Muller).

Celui qui pense constamment à lui, qui s’occupe prioritairement de lui, de ses besoins, de ses envies, de ses aspirations, de ses projets, de ses violons d’Ingres… celui-là demeure probablement en lui-même et pas en Dieu ! Toute sa vie est centrée sur sa personne.
Celui qui demeure dans son travail professionnel ou le sport, la politique, l’art, les plaisirs et les distractions et qui se consacre âme et corps à son idole, qui vit entièrement pour elle, celui-là demeure dans son idole, mais pas en Dieu !
Celui qui demeure en Dieu, qui se livre à Dieu, lui consacre tout ce qu’il est et tout ce qu’il possède, qui l’aime, le sert, et aspire à toujours mieux le connaître… celui-là a trouvé le secret de la vie. Dieu est tout pour lui. Il trouve son bonheur, sa raison de vivre, son épanouissement en Dieu et son Fils Jésus-Christ. Son unique trésor c’est Dieu et son Fils Bien-Aimé.

Psaumes 37.4 : Fais de l’Éternel tes délices, et il te donnera ce que ton cœur désire.

Jésus enseigne que la condition pour que notre vie porte du fruit et donc ait un sens, c’est de demeurer en lui et en sa Parole :

Jean 15.5,7 : Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire… Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez et cela vous sera accordé. 

Nous pouvons prier sans cesse si nous demeurons en Jésus !

Luc 18.1 : Pour montrer qu’il est nécessaire de prier constamment, sans jamais se décourager, Jésus raconta à ses disciples la parabole suivante…

Suit la parabole de la veuve et du juge inique.

1 Thessaloniciens 5.17 : Priez sans cesse.

Quelle demande ! Ce commandement est aussi important que ceux de ne pas voler ou mentir ou commettre adultère…

Éphésiens 6.18 : En tout temps (en toutes circonstances), faites en Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Faites-le avec vigilance et constance, et intercédez pour tous les membres du peuple saint.

Sans cette intimité permanente avec Dieu, la prière devient difficile, très difficile !

John Mason (1646-1694) : « Là où il y a un cœur bien disposé, il y aura un cri continuel s’élevant vers le ciel en vue d’obtenir du secours. »

2. La prière est un devoir pour tout chrétien, c’est aussi un privilège

De très nombreux versets nous exhortent à présenter tous nos besoins à Dieu :
Afin de ne pas tomber en tentation (Luc 22.40), pour la guérison (Jacques 5.13,16), pour tous les hommes (1 Timothée 2.1) et particulièrement les croyants (Éphésiens 6.18), pour les autorités (1 Timothée 2.2), pour tous nos besoins (Éphésiens 6.18-19 ; Philippiens 4.6)…

Prier est le premier devoir du chrétien. La prière est la méthode divine pour tout obtenir.

Aucun domaine de notre vie chrétienne n’est interdit à la prière : Nous pouvons demander à Dieu tout ce qu’il est juste et honnête de désirer.

Nous pouvons demander des choses qui paraissent énormes à nos yeux, notamment une politique juste et selon Dieu parmi les nations. Pour Dieu, tout est infiniment facile.

La prière fervente du juste est puissante et peut accomplir de grandes choses. En fait, le pouvoir de la prière est illimité. Tout est possible à celui qui croit, Marc 9.23

La prière peut même opérer des dérèglements astronomiques phénoménaux :

Josué 10.12-13 :  Ce jour-là où l’Éternel donna aux Israélites la victoire sur les Amoréens, Josué s’écria devant tout Israël : Soleil, arrête-toi sur Gabaon! Et toi, lune, fais halte sur la vallée d’Ayalôn. Et le soleil s’arrêta, la lune suspendit son cours jusqu’à ce que le peuple d’Israël eût réglé ses comptes avec ses ennemis.

George Muller expérimentait constamment des miracles et des interventions puissantes de Dieu, mais il avait aussi l’habitude de prier pour les petites choses de la vie, et Dieu l’exauçait !
Le manque de prière est un péché :
Le prophète Samuel étant devenu vieux, Israël demanda un roi. Samuel déclara alors au peuple :

1 Samuel 12.23 : Loin de moi de pécher contre l’Éternel, en cessant de prier pour vous ! 

Qui peut dire combien de bénédictions sont perdues à cause du manque de prière des chrétiens ?

Edward McKendree Bounds (1835-1913) : « Il est nécessaire de dire et redire que la prière, en tant que simple habitude ou action de la routine… est une chose morte et pourrie… Peu de prière est une sorte de feinte, un somnifère pour la conscience, une farce et une illusion. »

Ces paroles semblent dures, mais celui qui les a prononcées était un homme de foi qui vivait près du cœur de Dieu.

Lorsque les prières sont exaucées, la vie chrétienne est glorieuse, joyeuse, contagieuse.

Celui qui accepte d’apprendre l’art si précieux de la prière a trouvé la source de la vie, de la sainteté, du bonheur, de la réussite.

B. IMPORTANCE DE LA PRIÈRE

Il est impossible d’exagérer l’importance de la prière. La prière est le plus grand des ministères, le plus utile, le plus glorieux parce que sans la prière aucun ministère ne vaut rien.

Sans la prière notre vie est stérile, vaine et nos œuvres pieuses sont infructueuses, inefficaces. Une vie qui n’est pas une vie de prière est une vie gaspillée.

Ceux qui n’ont pas une puissante vie de prière ne font pas le poids aux yeux de Dieu :

Dieu pèse les âmes… Il juge ce que les hommes sont au plus profond d’eux-même ; les théologiens nomment cette réalité la psychostasie !
Ainsi : Abraham était
l’ami de Dieu, David était un homme selon le cœur de Dieu, Moïse parlait avec Dieu comme un homme parle à son ami, Nathanaël était un véritable Israélite, un homme d’une parfaite droiture, dans lequel il n’y avait pas de fraude…

Dieu dit au roi Belschatsar :

Tu as été pesé dans la balance, et tu as été trouvé léger, Daniel 5.27 

L’apôtre Paul parle de personnes qui ont peu de valeur spirituelle, éternelle aux yeux de Dieu :

Galates 6.14 : Celui qui s’imagine être quelqu’un d’important, alors qu’en fait il n’est rien, s’abuse lui-même.

En particulier ceux qui ne savent pas aimer ne sont rien et tout ce qu’il font ne vaut rien, 1 Corinthiens 13.2-3

Vouloir faire l’œuvre de Dieu sans se consacrer à la prière, c’est le découragement, voire le désespoir et l’échec assurés. J’ai lu que 90 % des œuvres chrétiennes sont stériles et vaines.

Nous sommes des hommes et des femmes de Dieu dans la mesure où nous sommes des hommes et des femmes de prière. Nous valons ce que vaut notre vie de prière.
La prière est le parfait étalon de notre vie spirituelle.

Celui qui ne prie pas n’obtient rien, il demeure pauvre misérable, aveugle et nu !

Sir Thomas Buxton : « Vous connaissez la valeur de la prière : elle est précieuse au-delà de toute compréhension. Ne la négligez jamais, jamais ! »

Edward Payson : « La prière est la première chose, la seconde et la troisième chose nécessaires à un serviteur de Dieu. C’est pourquoi, mon cher frère, prie, prie, prie. »

C. OBSTACLES À L’EXAUCEMENT DE NOS PRIÈRES

1. Dieu promet d’exaucer nos prières

C’est la chose la plus certaine au monde que Dieu exauce les prières. Ce qu’il a promis il a aussi le pouvoir de l’accomplir :

Matthieu 7.11 :  Si donc, tout mauvais que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père céleste donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent.

Jean 14.13-14 : Et quoi que ce soit que vous demandiez en mon nom, je le réaliserai pour que la gloire du Père soit manifestée par le Fils. Je le répète : si vous me demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.

Jean 16.23-24 : Oui, vraiment, je vous l’assure : tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous l’accordera. Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom. Demandez, et vous recevrez, pour que votre joie soit complète.

Dieu ne parle jamais à la légère, il ne peut se tromper, il n’exagère jamais, sa Parole est sept fois épurée.

Comment se fait-il alors que les chrétiens expérimentent généralement si peu d’exaucements de prière ? C’est la péché qui bloque et pervertit tout !

2. Le péché 

Tout péché toléré et non confessé ni abandonné est un obstacle à l’exaucement de nos prières :

Ésaïe 59.1-2 :  Non, le bras de l’Éternel n’est pas devenu trop court pour sauver, ni son oreille trop dure pour entendre, mais ce sont vos fautes qui mettent une séparation entre vous et votre Dieu ce sont vos péchés qui vous cachent sa face et l’empêchent de vous écouter.

Psaumes 66.18 : Si j’avais gardé dans mon cœur des intentions coupables, le Seigneur ne m’aurait pas écouté.

L’apôtre Pierre demande aux épouses d’avoir une attitude respectueuse et pure envers leurs maris, d’être douces et paisibles, et aux époux d’honorer et respecter leurs épouses… afin que rien ne vienne faire obstacle à leurs prières, 1 Pierre 3.1-7

Les motifs les plus fréquents au non exaucement de nos prières sont les mauvaises relations avec les autres : critiques, dettes non réglées, petits larcins, objets empruntés et non rendus (livres, CD…), refus de pardonner à ceux qui nous ont offensés, refus de demander pardon à ceux que nous avons offensés, refus de réparer les torts que nous avons causés à autrui.

Matthieu 5.23-24 :  Si donc, au moment de présenter ton offrande devant l’autel, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis tu reviendras présenter ton offrande.

On peut actualiser ce verset en ajoutant : laisse-là le repas du Seigneur, laisse-là tes tracts d’évangélisation, laisse-là ton don pour une Église ou une œuvre chrétienne… Laisse-là toute activité chrétienne et va d’abord te réconcilier avec ton frère ou ta sœur puis tu reviendras faire ce que tu avais envie de faire !

« Pour être en règle avec Dieu il faut être en règle avec les hommes, car quiconque fait tort à son prochain pèche aussi contre Dieu. Il est impossible de marcher dans la communion avec Dieu tout en étant coupables envers les hommes. Il s’agit d’avoir une conscience pure et sans reproche, toutes dettes réglées envers tous. Si vous vous humiliez sincèrement devant Dieu dans la prière, le Saint Esprit vous révélera ce qui ne va pas dans votre vie. Vous saurez les torts qu’il faut réparer, les fautes qui exigent une confession de votre part. Je ne connais aucun autre moyen de se mettre en règle avec Dieu, sinon la confession, le renoncement à tout péché et la restitution. Le péché constitue une barrière qui doit être enlevée. » (Oswald Smith, La passion de Âmes, Ed. Groupes Missionnaires).

Une expérience de plusieurs dizaines d’années dans le ministère de berger me conduit à affirmer que la majorité des chrétiens traînent des boulets dans ce domaine et ils ne savent pas que ces boulets sont la raison du non exaucement de leurs prières depuis 10 ans, 30 ans ou 50 ans !

Ces enseignements sont connus, mais les chrétiens sont-ils prêts à payer le prix de l’obéissance : l’humiliation de la demande de pardon et de la réparation ?
Mais que dit la Bible quant au refus d’obéir aux saints commandements de Dieu ?

Proverbes 28.9 : Si quelqu’un se détourne pour ne pas écouter la loi, sa prière même est en horreur (en abomination) à Dieu.

 1 Samuel 15.22-23 :  l’obéissance est préférable aux sacrifices, la soumission vaut mieux que la graisse des béliers. Car l’insoumission est aussi coupable que le péché de divination et la désobéissance aussi grave que le péché d’idolâtrie.

3. L’incrédulité

D’où viennent nos doutes ?

Nos doutes viennent souvent du non-exaucement de nos précédentes prières :
Nos déceptions nous collent à la peau. Si nous voulons que cela change, il nous faut une rupture avec le passé. Laissons la passé sous le sang de Jésus, et croyons aujourd’hui que Dieu est fidèle et qu’il entend nos prières.

Nos doutent viennent aussi du non-exaucement des prières des autres : Des chrétiens que nous portons en très haute estime, n’ont guère d’exaucements de prière et cela nous laisse perplexe et nous décourage…
Nous ne pouvons pas savoir pourquoi Dieu ne les a pas exaucés. Nous ne connaissons pas leur vie intime. Laissons-les demander des éclaircissements à Dieu. Et nous, faisons confiance à Dieu sans nous laisser arrêter par l’expérience négative des autres !

Prenons Dieu et ses promesses au sérieux, au nom de Jésus !

Nos doutes l’affligent !
Méditons les promesses de Dieu et nous serons bientôt convaincus que Dieu veut dire exactement ce qu’il dit dans sa Parole !

Il arrive que l’incrédulité soit, dans notre vie, une vraie forteresse qu’il faut renverser au nom de Jésus, par une prière persévérante.
Il existe des esprits d’incrédulité et de doute. Livrons alors le combat spirituel avec ferveur, ténacité et persévérance,
jusqu’aux cris, larmes, soupirs, gémissements… inspirés par le Saint Esprit.

En tout temps, proclamons que nous croyons toute la Parole de Dieu, et qu’elle est la vérité, même si nous ne le ressentons pas ou ne le voyons pas encore ! Les promesses divines sont vraies, non parce que nous le ressentons, mais parce que c’est écrit !

Dieu est fidèle, il est bon, il ne change pas, il est le Dieu des miracles, des délivrances des prodiges.

Seuls nos péchés, dont le péché de l’incrédulité, limitent la puissance de Dieu.

Confessons à haute voix, si possible, les promesses de Dieu, dix fois, cent fois, mille fois… et nous verrons s’accomplir ce que nous avons confessé.
Dieu est fidèle, il veille sur sa Parole pour l’accomplir.

D. PERSÉVÉRANCE JUSQU’À L’EXAUCEMENT

Jésus enseigne la persévérance dans la prière. Il faut prier jusqu’au bout, demander jusqu’à l’exaucement, chercher jusqu’à la découverte, frapper jusqu’à l’ouverture de la porte.

Luc 18.1 : Jésus leur dit une parabole pour montrer qu’ils devaient toujours prier, sans se décourager.

Et la parabole est celle de la veuve importune et du mauvais juge.

La parabole de l’homme qui reçoit la visite inopinée d’un ami et demande avec insistance trois pains à son voisin, est aussi une invitation à persévérer dans la prière, Luc 11.5-13

Le prophète Daniel, déjà âgé, s’est livré à une prière et un jeûne d’abnégation de trois semaines, Daniel 10.3-4

Il est absolument fondamental de persévérer jusqu’à l’exaucement !

« Dieu ne nous a donné aucune promesse concernant le délai de réponse à nos prières. Il nous est seulement demandé de continuer calmement dans la prière et la louange jusqu’à ce que Dieu donne la réponse. C‘est là que se trouve le secret. Durant les 52 années où j’ai été connu du Seigneur, Dieu m’a accordé la réponse à des milliers et des dizaines de milliers de prières. Mais, demanderez-vous, quand furent-elles exaucées ? Des milliers et des milliers de prières furent exaucées immédiatement, un assez grand nombre après quelques jours et même quelques semaines ; d’autres après des mois seulement ; d’autres encore après des années seulement. Ici Dieu travaille à sa façon parce qu’il est Dieu, et il nous fera toujours à nouveau voir qu’il est Dieu, que nous sommes ses créatures, et qu’il agit comme il lui plaît.
C’est par milliers que mes prières ont été exaucées immédiatement, souvent avant même de quitter ma chambre le matin, quelquefois deux, trois et quatre réponses alors que j’étais en train de m’habiller ; puis d’autres réponses encore dans le cours de la journée… » (Georges Muller).

E. PRATIQUEMENT

• Il convient de prendre la décision de réformer notre emploi du temps et notre échelle des valeurs. Nous sommes tous bien occupés : vie professionnelle, vie familiale, les réunions de l’Église… Mais donnons la priorité à Dieu.

Dieu ne nous forcera pas à prier. Nous sommes responsables de l’organisation de notre temps.
Prenons conscience que la prière est hyper-importante et consacrons lui du temps de qualité.

Prions régulièrement, systématiquement. On apprend à forger en forgeant et à prier en priant. La foi est comme un muscle : elle se développe par l’exercice.

Un grand nombre de chrétiens consacrent à Dieu la dîme du temps, soit deux heures et demie par jour.

Trouvons un lieu secret où nous ne serons pas dérangés ou un beau coin de nature où nous pouvons être seuls avec Dieu !

Prions dans la mesure du possible avec une ou deux autres personnes.

Si la prière est difficile, demandons conseil au Seigneur, lisons des psaumes appropriés à haute voix… Persévérons avec des gémissements, des halètements, des ahanements si la prière paisible n’est plus possible !

Il est utile d’avoir un carnet de prière, contenant les sujets de prière, mais aussi les promesses de Dieu. Si le St Esprit conduit la prière, laissons les listes de prière de côté !

Prions autant que possible à haute voix. Nous serons beaucoup moins distraits.

Commençons toujours par prier pour nous (notre sanctification, plus de sagesse, plus de foi, la guérison s’il y a lieu, la plénitude du St Esprit…), puis prions pour notre conjoint et nos enfants s’il y a lieu.

Enfin prions pour l’Église, la localité, la région où nous habitons, la France…

La règle est toujours : du plus proche au plus éloigné !

Insérons des lectures bibliques dans la prière.

Demandons à Dieu d’enlever à tous les niveaux, tous les obstacles au Réveil !

Quand prier ? N’importe quand. Nous devons prier sans cesse ! Mais Jésus priait souvent la nuit. Certains préfèrent prier le soir, d’autres tôt le matin.

Pour appuyer la prière sautons de temps en temps un ou plusieurs repas.

Certains esprits mauvais ne sortent que par la prière et le jeûne.

Théophile Hammann

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*