VIVRE DANS LA PAIX ET LE REPOS

VIVRE DANS LA PAIX ET LE REPOS

En français, le terme paix, désigne un état d’âme qu’aucune inquiétude ne vient troubler. Il signifie aussi sérénité, apaisement, réconciliation, fraternité, sécurité…
Dans l’Ancien Testament le mot hébreux shalom signifie plus que la paix. Il véhicule également l’idée de bonne santé, de bien-être physique, psychique et spirituel, de bonheur, prospérité, sécurité, quiétude, contentement…
Le terme grec eirènè (d’où sont tirés les termes irénique, irénisme, irénistes) a un champ sémantique moins vaste.
Le contraire de la paix c’est l’aigreur, l’inquiétude, l’angoisse, le trouble, le stress, l’agitation, le désordre, le tourment, la menace, l’insécurité, le conflit…

A. C’EST LA VOLONTÉ DE DIEU QUE NOUS AYONS LA PAIX

1. Dieu est le Dieu de paix

Au moins 11 fois dans le Nouveau Testament, Dieu est appelé le Dieu de paix. Dans l’Ancien Testament, Dieu est l’Éternel Paix.
Romains 16.20 : Le Dieu de paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds.
Romains 15.33 : Que le Dieu de paix soit avec vous tous !
1 Corinthiens 14.33 : Dieu n’est pas un Dieu de désordre, mais de paix. 
2 Corinthiens 13.11 : Le Dieu d’amour et de paix sera avec vous.
Philippiens 4.9 : Le Dieu de la paix sera avec vous.
1 Thessaloniciens 5.23 : Que le Dieu de la paix vous conduise lui-même à une sainteté totale.
Hébreux 13.20 : Le Dieu de la paix a ramené d’entre les morts notre Seigneur Jésus…
2 Corinthiens 13.11 : Soyez dans la joie. Travaillez à votre perfectionnement. Encouragez-vous mutuellement. Soyez d’accord entre vous. Vivez dans la paix. Alors le Dieu d’amour et de paix sera avec vous.
Philippiens 4.9 : Ce que vous avez appris, reçu et entendu de moi et ce que vous avez vu en moi, mettez-le en pratique. Et le Dieu de la paix sera avec vous.
Hébreux 13.20 : Le Dieu qui donne la paix a ressuscité notre Seigneur Jésus qui est devenu le grand berger des brebis…
Philippiens 4.7 :  Alors la paix de Dieu, qui surpasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera votre cœur et votre pensée sous la protection de Jésus-Christ.

2. Jésus est le Prince de Paix

Dans Ésaïe 9.5, le Messie est appelé le Prince de Paix.
Éphésiens 2.14 : Christ est notre paix.
2 Thessaloniciens 3.16 :  Que le Seigneur de la paix vous donne lui-même la paix en tout temps et de toute manière !
Jésus donne sa paix aux disciples :
Jean 20.19 : La paix soit avec vous !
Jean 14.27 : Je vous laisse la paix, c’est ma paix que je vous donne. Je ne vous la donne pas comme le monde la donne. C’est pourquoi, ne soyez pas troublés et n’ayez aucune crainte en votre cœur.
Jean 16.33 :
Il fallait que je vous dise aussi cela pour que vous trouviez la paix en moi. Dans le monde, vous aurez à souffrir bien des afflictions. Mais courage ! Moi, j’ai vaincu le monde.

3. La paix, fruit de l’Esprit

Un chrétien qui demeure sous la direction du Saint Esprit, peut vivre d’une manière habituelle, le repos et la paix de Jésus !
Galates 5.22 : Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi.
Romains 8.6 :  l’Esprit tend vers la vie et la paix. 
Romains 14.17 :
Dans le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire qui importent, mais une vie juste, la paix et la joie que produit l’Esprit Saint. 
La paix est un don du Père, du Fils et du Saint Esprit. Là où Dieu n’est pas il n’y a pas de paix, mais il y a du trouble, du tourment, de l’insatisfaction…

B. L’ABSENCE DE PAIX

1. Pas de paix dans le monde

Le monde, en tant que royaume du diable, ne connaît pas la paix ! Que de trouble, de tourments, d’angoisses, de craintes, d’hostilité, de suicides, de conflits, de guerres… Les célébrités du monde de la culture, des spectacles, des sports, des affaires, de la politique… ont souvent tout ce qu’on peut désirer : argent, honneurs, gloire, succès… mais pas la paix ! Des centaines d’hommes et de femmes de lettre, d’acteurs, d’artistes… se sont suicidés. Dans l’Ancien Testament le terme méchant peut désigner un homme malfaisant et féroce, mais désigne le plus souvent un homme qui ne se soumet pas à Dieu :
Ésaïe 57. 20-21 : Mais les méchants ressemblent à la mer agitée qui ne peut se calmer et dont les flots agitent la vase et le limon. Il n’y a pas de paix pour les méchants, dit mon Dieu.

2. Le manque de paix chez les chrétiens

Pourquoi, en dépit de tant de magnifiques promesses, les croyants n’expérimentent-ils pas toujours la paix ?
Examinons quatre importants types de tourments :

2.1 Le tourment intérieur
Le tourment intérieur peut être un affect, un état affectif de tristesse, d’insatisfaction, d’inassouvissement, d’insatiabilité. On parle alors de spleen et de vague à l’âme.
A l’époque romantique les poètes s’ingéniaient à décrire longuement la mélancolie, la nostalgie d’un monde dans lequel on n’arrive jamais, la lassitude de vivre…
Ces mélancolies profondes peuvent avoir différentes origines physiques ou psychiques ou spirituelles.
Il existe des esprits tourmenteurs comme ceux qui ont agité le roi Saül.

Dans l’histoire du roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs, un serviteur, auquel le roi remit une dette énorme, refusa de faire grâce à un malheureux qui ne lui devait qu’une bagatelle.
Voici la réaction du roi : « Serviteur mauvais ! lui dit-il. Tout ce que tu me devais, je te l’avais remis parce que tu m’en avais supplié. Ne devais-tu pas, toi aussi, avoir pitié de ton compagnon, comme j’ai eu pitié de toi ? »  Et, dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il ait remboursé toute sa dette. Voilà comment mon Père céleste vous traitera, vous aussi, si chacun de vous ne pardonne pas du fond du cœur à son frère. (Matthieu 18.23-35).
Il est très probable que ces bourreaux soient des esprits tourmenteurs envoyés à celui qui refuse de pardonner à son frère. Cette interprétation semble vérifiée par l’expérience.

Le tourment intérieur est généralement le fruit du péché toléré. Au peuple Israël qui refuse d’obéir aux commandement de Dieu, Dieu fait dire par le prophète Jérémie :
Jérémie 16.5 : J’ai retiré à ce peuple ma paix, ma bonté et ma compassion, l’Éternel le déclare.
On voit que la paix est entièrement un don de Dieu.

2.2 Trois types de troubles dus aux circonstances

a) Le sentiment d’insécurité

Soucis pour l’avenir : De nombreux chrétiens se font des soucis pour leur avenir ou celui de leurs enfants et petits-enfants ; ils éprouvent un fort sentiment d’insécurité devant des menaces quelques fois réelles mais le plus souvent imaginaires.
De trop nombreux chrétiens ont peur de ce qui va arriver. Mon épouse et moi connaissons plusieurs personnes qui vivent constamment dans la crainte des choses à venir.
Ce manque de paix est très fréquent et on ne le considère généralement pas comme un péché !
♦ Contestation de l’œuvre de Dieu : Le sentiment d’insécurité peut s’accompagner de révolte contre Dieu : Dieu ne me protège pas, il n’assure pas ma sécurité spirituelle, psychique et matérielle !
Malgré les apparences, ces récriminations sont toujours injustes.
Les processifs ont une tendance paranoïaque à réclamer et à contester.
En réalité, tout ce qui nous arrive d’agréable ou de désagréable, ou arrive sur toute la terre est dans le plan souverain parfait de Dieu, même si nous ne le comprenons pas :
Michée 3.6 : Arrive-t-il un malheur dans une ville sans que l’Éternel en soit l’auteur ?
Job 5.17-18 : Ne rejette pas l’instruction du Tout-Puissant ! En effet, c’est lui qui inflige la blessure, mais il la soigne. Il frappe, mais c’est sa main qui guérit.
Deutéronome 32.39 : Voyez donc que c’est moi qui suis Dieu et qu’il n’y a pas d’autre dieu que moi. C’est moi qui fais vivre et mourir, qui blesse et guéris, et personne ne peut délivrer de ma main. 
1 Samuel 2.6-8 : C’est l’Éternel qui fait mourir et vivre, il fait descendre dans le séjour des morts et en fait remonter. L’Éternel seul dépouille et enrichit, il humilie, et il élève aussi. De la poussière, il arrache le pauvre, et il relève l’indigent de la fange pour l’installer au milieu des puissants et lui donner une place d’honneur.
Les jugements de Dieu sont toujours des appels à la repentance afin que Dieu face grâce et retire ses châtiments.
♦ L’incrédulité : Ces menaces, cette absence de sentiment de sécurité, ce manque de paix sont souvent aggravés par un manque de confiance en la volonté de Dieu d’aider, de secourir, de donner sa paix… Il arrive que les chrétiens accusent Dieu de n’être pas fiable, de ne pas vouloir diriger leur vie. Ils ont peur que Dieu les abandonne, permet le malheur…
La racine de ce tourment est l’incrédulité ! Ces chrétiens sont aveuglés, ils croient les mensonges du diable. Leur attitude offense Dieu.
Quand Dieu a demandé une première fois à Israël de prendre possession du pays de Canaan, le peuple, après avoir entendu le rapport des 12 espions a été saisi de panique et de crainte. Il s’est révolté contre Dieu :
Nombres 14.11,27-28 : L’Éternel dit à Moïse : Combien de temps ce peuple me méprisera-t-il encore ? Quand cessera-t-il de me refuser sa confiance, alors que j’ai produit au milieu d’eux tant de manifestations extraordinaires ?  Combien de temps encore vais-je laisser cette communauté rebelle se plaindre contre moi ? Car j’ai bien entendu les plaintes incessantes des Israélites contre moi. Dis-leur : Aussi vrai que je suis vivant, parole de l’Éternel, je vous traiterai selon les plaintes que vous m’avez exprimées…
Dieu les a repris sévèrement. Il n’a pas dit : Ô les pauvres malheureux, leur foi chancelle, ils sont mécontents, mais je vais vite arranger ce petit problème, les bénir et les encourager…
Le châtiment divin fut très sévère : Ce fut le retour dans le désert pendant 40 ans, pour y mourir !

La solution : Le remède à cette angoisse et à ces souffrance c’est, comme toujours, la repentance et l’humiliation devant Dieu.
C’est aussi le choix volontaire et conscient de faire confiance à Dieu :
Psaumes 37.5 :  Recommande ton sort à l’Éternel, mets ta confiance en lui, et il agira…
Psaumes 55.23 : Remets ton sort à l’Éternel, et il te soutiendra, Il ne laissera jamais chanceler le juste.
Prenons la décision de reconnaître la Seigneurie de Dieu, en dépit des apparences trompeuses. Il dirige toutes les circonstances de la vie. Tous les cheveux de notre tête sont comptés, aucun passereau ne meurt sans sa volonté parfaite. Certains problèmes, échecs, souffrances sont voulus de Dieu pour notre bien. Tout ce qu’il nous envoie concourt à notre bien.
Notre paix dépend de Dieu seul, et non des menaces ou des dangers ou des comportements des hommes. Quand nous l’avons perdue, revenons à Dieu de tout notre cœur !

b) Le sentiment d’injustice

Les enfants sont très sensibles aux injustices familiales, scolaires…
Dans la vie professionnelle des adultes, il peut y avoir du favoritisme, des injustices de toutes sortes, des abus divers, de la corruption…
Dans la société, dans les domaines de la culture, des arts, du sport, de l’économie, de la politique locale, régionale, nationale ou internationale… il y a toujours des injustices. Elles peuvent ravir la paix aux chrétiens, les irriter, les déstabiliser…
Dans les Églises aussi, il peut malheureusement y avoir des injustices réelles ou apparentes.

Dieu ne qualifie pas toujours d’intègre et honorable ce que nous considérons comme juste et bon, parce que son intelligence dépasse infiniment la nôtre, et que ses pensée ne sont pas nos pensées ! D’ailleurs les chrétiens n’ont pas tous la même notion de la justice.
Celui qui a une pleine confiance dans le règne de Dieu, dans les actes et dispensations de Dieu, a trouvé la paix et le repos. Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu !

Pour sortir de ce trouble, la seule solution est de faire confiance à Dieu qui rend justice et défend la cause de ses enfants :
Psaumes 9.17 : L’Éternel… fait justice, et il prend le méchant à son propre filet.
Psaumes 103.6 : L’Éternel fait justice, il fait droit à tous les opprimés.

La Parole de Dieu interdit aux croyants d’exercer une vengeance quelconque. La vengeance appartient à Dieu seul !
Deutéronome 32.35 : A moi la vengeance et la rétribution, quand leur pied chancellera ! Car le jour de leur malheur est proche, et ce qui les attend ne tardera pas.
Romains 12.19-21 : Ne vous vengez pas vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère de Dieu, car il est écrit : C’est à moi qu’appartient la vengeance, c’est moi qui donnerai à chacun ce qu’il mérite, dit le Seigneur.  Mais si ton ennemi a faim, donne-lui à manger, s’il a soif, donne-lui à boire, car en agissant ainsi, tu amasseras des charbons ardents sur sa tête.  Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais sois vainqueur du mal par le bien.

Notre paix dépend de Dieu et non des injustices ambiantes. Apportons-lui tous nos problèmes d’injustice, il s’en chargera et nous rendra la paix en lui !

c) L’hostilité d’autrui

L’animosité plus ou moins cachée, le rejet, la critique, la méchanceté… peuvent nous faire perdre l’équilibre psychologique et la sérénité.
Quand les chrétiens se défendent, c’est généralement pire… On est loin de la paix et du repos en Christ !
Pourquoi Dieu permet-il l’inimitié, les hostilités… ? N’est-il pas le Dieu de paix ?
En fait, Dieu est souverain : Il a ses raisons et sa volonté est bonne et parfaite.
Abraham, Joseph, David, Jérémie, Paul, Pierre, Jacques le Juste… ont tous connu une violente opposition de la part de leurs concitoyens.
Jésus a toujours connu une féroce opposition de la part des pécheurs et la bible dit qu’il a appris l’obéissance par les choses qu’il a souffertes, Hébreux 5.8
La souffrance avait un rôle positif à jouer dans sa vie, à fortiori dans la nôtre !
Notre paix ne doit pas dépendre de l’attitude bienveillante ou hostile des autres. La source de toute paix est en Dieu seul !

C. LA PAIX PAR LA FOI

1. La paix est un don de Dieu

Dieu donne ou retire sa paix :
Jérémie 16.5 : J‘ai retiré ma paix à ce peuple, déclare l’Éternel…
Dans toute la Bible, toute paix véritable est un cadeau du Dieu trinitaire : Nombres 6.24-26 :  Que l’Éternel te bénisse, et qu’il te garde ! Que l’Éternel fasse luire sa face sur toi, et qu’il t’accorde sa grâce ! Que l’Éternel tourne sa face vers toi, et qu’il te donne la paix !
2 Thessaloniciens 3.16 : Que le Seigneur qui donne la paix vous accorde lui-même la paix de toute manière et en toutes circonstances.
Ésaïe 57.19-21 : Je créerai sur leurs lèvres des hymnes de louange. Paix, paix à qui est loin comme à ceux qui sont près, déclare l’Éternel. Oui, je le guérirai.
Jean 14.27 : Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point.
La paix de Dieu ne dépend pas des circonstances mais demeure en toute circonstance !

2. La paix par la repentance et l’obéissance

Les méchants ne connaissent pas la paix :
Ésaïe 48.22 : Il n’y a point de paix pour les méchants, dit mon Dieu.
Ésaïe 57. 20-21 : Mais les méchants ressemblent à la mer agitée qui ne peut se calmer et dont les flots agitent la vase et le limon. Il n’y a pas de paix pour les méchants, dit mon Dieu.
La paix est pour ceux qui obéissent aux commandements de Dieu :
Ésaïe 48.18-19 : Si seulement tu étais attentif à mes commandements ! Ta paix serait pareille à un fleuve et ta justice se propagerait comme les vagues de la mer. Ta descendance serait pareille au sable, tes rejetons seraient aussi nombreux que les grains de sable. Ton nom ne serait jamais effacé, jamais éliminé devant moi.
La paix est pour ceux qui se repentent et sont ainsi déclarés justes :
Romains 2.10 : La gloire, l’honneur et la paix seront pour tout homme qui fait le bien.
Psaumes 119.165 : Il y a beaucoup de paix (shalom) pour ceux qui aiment ta loi, et il ne leur arrive aucun malheur.
   

3. La paix par la confiance dans le gouvernement de Dieu

Le gouvernement de Dieu, toutes ses actions et toutes ses voies sont parfaits.
Psaumes 25.10 : Toutes tes voies n’ont été à mon égard que miséricorde et fidélité.
Rien ne nous arrive, rien n’arrive sur la terre sans la volonté parfaite de Dieu. Ce qui doit encourager le croyant à prier, intercéder avec ferveur pour être ainsi un collaborateur de Dieu.
Dieu veut associer ceux qui savent prier à son gouvernement du monde ! Un croyant qui prie est plus puissant qu’un ministre ou qu’un président !
Le diable lui-même est entièrement sous le contrôle Dieu et il ne peut rien faire sans son accord. Il n’a pu tourmenter Job qu’avec l’autorisation de Dieu.
Quand Dieu le laisse faire, c’est pour en tirer du bien : Pensez à l’histoire de Joseph, jeté injustement dans un puits, vendu aux Ismaélites, jeté injustement en prison en Égypte… Dieu lui a rendu justice et a été glorifié. Pensez aux souffrances de David persécuté injustement par Saül…
Si nous avons confiance en Dieu comme ces hommes de Dieu, il fera toujours jaillir le bien du mal.
Cette confiance en un Père céleste juste et souverain est le secret de la paix et de la joie.
Notre paix nous vient du Dieu trinitaire, Père, Fils et Saint Esprit et elle demeure en nous en toutes circonstances.

Théophile Hammann

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*