COMME JÉSUS

COMME JÉSUS

L’ambition de Dieu est de rendre tous ses enfants semblables à Jésus !

Les responsables de ce monde : chefs, contre-maîtres, directeurs… sont souvent jaloux de leurs prérogatives et prennent peur quand leurs subalternes atteignent leur compétence.
Mes garçons m’ont souvent parlé de rétention d’information à leurs lieux de travail, par crainte et jalousie.
Jésus, au contraire, souhaite que tous atteignent sa perfection et soient capables de faire ce qu’il a fait !

Quand le serpent dit à Eve : Vous serez comme Dieu (Genèse 3.5), il ne profère qu’un demi-mensonge : Le dessein de Dieu est effectivement de nous rendre semblables à Jésus. Non par l’incrédulité et la désobéissance, mais par la confiance et la soumission.

Le projet ultime de Dieu pour nous est que nous soyons comme Jésus !
Dieu travaille sans cesse à nous rendre semblables à son Fils Bien-Aimé ! Et il réussira et achèvera cette œuvre :
1 Jean 3.2 : Nous savons que lorsque Christ paraîtra, nous serons semblables à lui, car nous le verrons tel qu’il est.

Tous les commandements à être comme Jésus, sont en même temps des promesses. Dieu ne nous commande rien d’impossible, il est prêt à faire pour nous tout ce qu’il nous prescrit.
Ésaïe 26.12 : Ô Éternel, tu nous donnes la paix, car c’est toi qui accomplis pour nous tout ce que nous faisons.
Dieu donne ce qu’il ordonne et il couronne ce qu’il donne !

1. Nous avons une nouvelle vie en Jésus, comme Jésus a eu une nouvelle vie par la résurrection

Romains 6.4 :  Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en relation avec sa mort afin que, comme Christ a été ressuscité par la puissance glorieuse du Père, de même nous aussi, nous menions une vie nouvelle. Comme Jésus a reçu une nouvelle vie par sa résurrection, nous avons une nouvelle vie par la nouvelle naissance, qui est aussi une résurrection spirituelle :
Colossiens 2.12 : ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts.
Nous sommes de nouvelles créatures, nous avons le Saint Esprit, la vie et la nature sainte de Christ en nous.

2. Nous ne sommes plus du monde, comme Jésus n’est pas du monde

Jean 17.14,16 : Ils ne sont pas du monde, comme moi, je ne suis pas du monde. 
Le monde, ici, c’est le royaume de Satan. Nous faisions autrefois partie de ce monde :
Éphésiens 2.2 : Par ces actes, vous conformiez alors votre manière de vivre à celle de ce monde et vous suiviez le chef des puissances spirituelles mauvaises, cet esprit qui agit maintenant dans les hommes rebelles à Dieu.
Mais Dieu nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé (Colossiens 1.13).
Comme Jésus, nous faisons maintenant partie du Royaume de Dieu !

3. Nous vivons de Jésus comme Jésus a vécu du Père

Jean 6.57 : Et comme le Père qui est vivant m’a envoyé et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mangera vivra par moi. 
Jésus demeurait constamment dans son Père et recevait de lui la vie. Si nous mangeons la chair de Jésus, i.e. si nous recevons, par la foi, ses richesses et toute sa plénitude spirituelles, nous vivrons par lui comme lui vivait par le Père. Le Père était pour Jésus la source intarissable de la vie en abondance ; pour nous, c’est Jésus cette source inépuisable.
Nous avons tout pleinement en lui !
La relation vitale qui existait et existe entre le Père et le Fils doit aussi exister entre le Fils et nous. Le Père a vivifié, énergisé, dynamisé son Fils ; Jésus fera cela pour nous !
Cette vie que Jésus nous donne est la vraie vie, par sa qualité surnaturelle et sa durée éternelle.
Christ en nous, reproduit son image en nous. C’est un processus de foi qui dure toute la vie.
L’apôtre Pierre déclare que par les précieuses promesses de Dieu nous devenons conformes au caractère de Dieu (2 Pierre 1.4) !
Demeurons en Jésus, cherchons cette dépendance permanente avec lui, mangeons-le, c’est-à-dire recevons-le sans cesse en nous par la foi !

4. Nous accueillons les frères comme Jésus nous a accueillis

Romains 15.7 : Accueillez-vous donc les uns les autres, comme Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu. 
Comment Christ nous a-t-il accueillis ? Il nous a reçus de tout cœur, les bras ouverts, tels que nous étions et sans reproche.
Nous devons et pouvons agir comme Jésus, accueillir quiconque de la même manière généreuse, compatissante, bienveillante, patiente, sincère…
Jésus ne repousse personne, ne méprise personne, n’éteint pas le lumignon qui fume encore.
Nous sommes les imitateurs de Jésus-Christ !

5. Nous pardonnons comme Dieu nous a pardonné

Semblables à Dieu dans le pardon !
Éphésiens 4.32 : Soyez bons et compréhensifs les uns envers les autres. Pardonnez-vous réciproquement comme Dieu vous a pardonné en Christ.
Nous savons comment Dieu nous pardonne, et comment il nous fait grâce : totalement, généreusement, parfaitement !
Mais la réciproque est vraie aussi : Dieu nous pardonne comme nous pardonnons !
Matthieu 6.12,14 : Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés… Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos fautes.
Parce que Dieu nous a remis une dette énorme, nous devons remettre les bricoles à nos frères et sœurs !

6. Nous pouvons être purs et saints comme Jésus

6.1 C’est un ordre

1 Jean 2.6 : Celui qui affirme demeurer en Christ doit aussi vivre comme il a lui-même vécu.
Ce verset concerne ceux qui déclarent demeurer en Christ : ils doivent imiter en toutes choses, leur modèle qu’est Jésus-Christ !
Les manuscrits grecs disent littéralement : marcher comme il a marché lui-même, c’est-à-dire dans la droiture, la vérité, la pureté, l’humilité… en un mot : dans la sainteté !
Cet ordre de nous comporter saintement comme Jésus est aussi une promesse : Dieu donne ce qu’il ordonne !
Un chrétien n’a pas le droit de vivre comme il veut. Il doit vivre comme Jésus a vécu sur terre, sinon il bafoue l’honneur de son Maître.
Dieu a de l’ambition pour nous. Il nous veut les imitateurs de son Fils. Il veut que nous pensions, parlions et agissions exactement comme Jésus. Quelle vocation sublime !
Nous devons aussi être les imitateurs de Dieu lui-même :
Éphésiens 5.1 : Soyez donc les imitateurs de Dieu, comme ses enfants bien-aimés.
Lorsqu’un enfant est aimé de son père, il cherche tout naturellement à l’imiter. Tel père, tel fils ! Lorsqu’on se sent aimé de Dieu, on prend plaisir à agir comme lui, comme on le voit agir dans sa Parole.
Dieu nous demande d’aimer comme lui, de pardonner comme lui, de faire grâce comme lui.
Jean 13.14-15 :  Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous devez, vous aussi, vous laver les pieds les uns aux autres. Je viens de vous donner un exemple, pour qu’à votre tour vous agissiez comme j’ai agi envers vous.
Jésus est Seigneur et Maître, il est le Roi des rois, mais il a pris le tablier des serviteurs pour laver les pieds malodorants, pleins de sueur et de poussière de ses disciples.
Pensons-nous qu’un tel comportement est indigne de nous ? Le plus grand c’est celui qui se rend le serviteur de tous.
C’est ce comportement qui fait l’Église. Ce ne sont pas statuts, ni les réunions, ni la Sainte Cène, ni l’organisation, ni le bâtiment qui font l’Église, mais uniquement l’amour fraternel entre les croyants.
Matthieu 5.48 : Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfait.
Cette exhortation inouïe, qu’il faut prendre au sérieux, dévoile le projet de Dieu pour ses enfants : parfaits comme lui ! Ces appels divins nous dépassent et nous donnent le tournis, mais acceptons-les et demandons à Jésus de les réaliser en nous !
Lévitique 19.2 :  Soyez saints, car je suis saint, moi, l’Éternel, votre Dieu. Réfléchissons un instant : Nous qui sommes des grains de poussière dans l’univers, nous sommes invités à imiter ce Dieu que l’univers ne peut pas contenir, et à lui ressembler !

6.2 Le secret de la véritable communion fraternelle

1 Jean 1.7 : Mais si nous vivons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.
La caractéristique de l’Église, c’est la qualité des relations entre frères et sœurs : l’amour selon 1 Corinthien 13, authentique et sincère.
L’apôtre Jean nous révèle ici le secret d’une vraie communion fraternelle : la marche dans la lumière.
Dieu est lumière ; en lui tout est pureté, sainteté, gloire. Nous marchons dans la lumière si nous sommes intègres, droits, vrais, francs, sans duplicité, sans fausseté, sans hypocrisie, si nous n’avons rien à cacher.
Jusqu’à quel point devons-nous marcher dans la lumière ? Jean déclare que nous devons vivre dans la lumière comme Dieu vit dans la lumière !
Cet ordre est une promesse, la promesse que Dieu le fera en nous si nous le lui demandons instamment, avec ténacité et persévérance.

6.3 Aimer comme Jésus

Jean 13.34 : Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres. Oui, comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres.
Jean 15.9-12 : Si vous obéissez à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi-même j’ai obéi aux commandements de mon Père et demeure dans son amour. Voici quel est mon commandement : aimez-vous les uns les autres comme moi-même je vous ai aimés.

Comment Jésus nous a-t-il aimés ? Comment a-t-il aimé l’Église ? Il nous a aimés jusqu’à mourir pour nous. Il s’est sacrifié pour nous. Son amour était entier, parfait, mais pas aveugle, puisqu’il savait reprendre les disciples et les corriger pour leur bien. Il cherchait toujours le bien véritable de ses disciples. De même, quand il nous corrige, c’est toujours pour notre bien.
Languissons-nous après cet amour saint, radical, absolu ? Il se demande et se reçoit.
Nous sommes participants de la Nouvelle Alliance, et selon ses clauses, c’est Dieu qui accomplit sa part et aussi la nôtre !!

Luc 6.36 : Votre Père est plein de bonté. Soyez donc bons comme lui.

Notre vocation est d’être bons, doux, patients, bienveillants, aimants comme le Père et le Fils.

6.4  Notre part dans la purification                    

1 Jean 3.2-3 : Nous savons que, lorsque Christ apparaîtra, nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu’il est. Toute personne qui possède cette espérance en lui se purifie comme lui-même est pur. L’assurance d’une conformité finale à la personne de Jésus, encourage le croyant à rechercher la sanctification sans laquelle nul ne verra le Seigneur : il recherche la pureté même de Jésus. Un programme inouï ! Si c’est la pensée de Dieu, il faut que ce soit aussi la nôtre.
Christ est la grand sanctificateur, mais il veut collaborer avec nous.
Nous pouvons faire beaucoup de choses :
Lire la Bible, croire et proclamer que nous sommes morts avec Christ, ensevelis avec lui, ressuscités avec lui, que le péché n’a aucun pouvoir sur nous puisque nous sommes non sous la loi, mais sous la grâce, que la loi de l’Esprit qui donne la vie en Jésus-Christ nous a affranchis de la loi du péché et de la mort…
Et parallèlement, crier sans relâche à Jésus pour qu’il nous libère, purifie, sanctifie !

6.5 Juste comme Jésus

1 Jean 3.7 :  Petits enfants, que personne ne vous égare : Celui qui pratique la justice est juste comme Christ lui-même est juste. 
Jean peut vouloir dire : Ne vous trompez pas sur ce point : Ce sont uniquement ceux qui pratiquent la justice qui sont justes, comme c’est aussi le cas de Jésus.
Mais la quasi totalité des spécialistes comprennent : Ne vous en prenez pas à ceux qui pratiquent la justice, car ils sont justes aux yeux de Dieu comme l’est Jésus.
Quelle affirmation stupéfiante : juste comme Jésus ! Oui, nous sommes revêtus de la justice de Christ, il est  notre justice ! L’Évangile est merveilleux !

7. Nous pouvons connaître Jésus comme Jésus et son Père se connaissent

Jean 10.14-15 : Moi, je suis le bon berger ; je connais mes brebis et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît et que je connais le Père.  Cette promesse est absolument faramineuse ! Nous pouvons connaître le Fils exactement comme le Père et le Fils se connaissent ! Jésus connaît son Père parfaitement, d’une manière totale et absolue ! C’est ainsi que nous pouvons connaître Jésus !
Il est légitime de vouloir connaître Jésus ainsi !
Paul nous rappelle que dans le domaine des dons spirituels nous connaissons partiellement, et voyons au moyen d’un miroir, de manière peu claire, (1 Corinthiens 13.9,12), mais il n’y a pas de limite à la connaissance que nous pouvons avoir, déjà sur terre, de la glorieuse personne du Fils de Dieu ! Cette connaissance intime du Fils est tellement possible, que le Sauveur déclare que nous la possédons déjà.
Comme Paul, demandons au Seigneur de se révéler à nous :
Matthieu 11.27 : Mon Père a remis toutes choses entre mes mains. Personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père ; et personne ne connaît le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.
Ce n’est ni de l’orgueil, ni de la prétention que de chercher à entrer dans cette communion intime du Fils de Dieu et du Père céleste :
Jean 17.3 :  La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. 
Les plus belles choses sont devant nous : Nous en Jésus et Jésus et le Père en nous ! (Jean 14.10,11,20,23).
Ah ! Découvrir Jésus et le Père, sous la conduite du Saint Esprit, comme des amoureux, avec émerveillement, vénération, contemplation, éblouissement,…

8. Les chrétiens uns comme la trinité est une

Jean 17.11 Père saint, garde-les par le pouvoir de ton nom, celui que tu m’as donné, pour qu’ils soient uns comme nous le sommes.
L’unité des chrétiens est un don surnaturel à conserver. Elle est fondée sur l’unité entre le Père et le Fils. Elle est aussi fondée sur la mort expiatoire de Jésus :
Jean 11.51-52 : Jésus devait mourir pour la nation. Et ce n’était pas pour la nation seulement, c’était aussi afin de réunir en un seul corps les enfants de Dieu dispersés.
Jean 17.21 : Je te demande qu’ils soient tous un. Comme toi, Père, tu es en moi et comme moi je suis en toi, qu’ils soient un en nous pour que le monde croie que c’est toi qui m’as envoyé.
L’unité entre croyants doit être aussi noble, pure, sainte, forte, transcendante, glorieuse que l’unité au sein de la trinité.
Dieu donne cette unité ; mais si le péché l’a détruite, repentons-nous et aspirons à la retrouver de toutes nos forces, de toute notre âme et de toute notre capacité de prier, car là où se trouve cette unité, là est l’Église de Christ.

9. Jésus nous envoie comme le Père l’a envoyé

Jean 17.18 : Comme tu m’as envoyé dans le monde, je les ai moi aussi envoyés dans le monde.
Comme Jésus, nous sommes envoyés comme des brebis au milieu des loups, pour en sauver le maximum.
Notre vocation, notre ministère viennent de Jésus-Christ.
Jean 20.21 : Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie.
Lors de son baptême, Jésus a été équipé par le Saint Esprit, en vue de son ministère.
Avant de commencer à évangéliser, les disciples devaient attendre, à Jérusalem, le revêtement de la puissance d’En-Haut, Luc 24.49
Nous aussi, nous devons évangéliser dans la puissance du Saint Esprit, car ce n’est pas nous qui sauvons, mais Jésus.
Luc 6.40 : Le disciple n’est pas plus grand que celui qui l’enseigne ; mais tout disciple bien formé (ou : accompli) sera comme son maître.
Nous avons la vocation d’être comme notre Maître dans tous les domaines : la sainteté, l’autorité spirituelle, les mêmes œuvres et même des œuvres plus grandes :
Jean 14.12-14 : Vraiment, je vous l’assure : celui qui croit en moi accomplira les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes parce que je vais auprès du Père.  Et quoi que ce soit que vous demandiez en mon nom, je le réaliserai pour que la gloire du Père soit manifestée par le Fils.  Je le répète : si vous me demandez  quelque chose en mon nom, je le ferai.
Nous devons et pouvons être comme Jésus ! Croyons-le et demandons-le dans nos ferventes prières.
Nous devons être pour Jésus ce qu’il a été pour son Père : l’ambassadeur, le porte-parole, le témoin, le vicaire.

10. Siéger avec Jésus sur son trône  

Apocalypse 3.21 : Le vainqueur, je le ferai siéger avec moi sur mon trône, comme moi-même, je suis allé siéger avec mon Père sur son trône après avoir remporté la victoire.
Lorsque les deux disciples Jacques et Jean demandèrent à Jésus de leur accorder de pouvoir siéger l’un à sa droite et l’autre à sa gauche, dans la gloire céleste, Jésus leur répondit :
Il ne m’appartient pas de vous l’accorder : ces places reviendront à ceux pour qui elles ont été préparées, Marc 10.40
Mais voici que Jésus déclare aux chrétiens de l’Église de Laodicée que ces places seront accordées aux vainqueurs ! Cette promesse est stupéfiante !
Qui sont les vainqueurs ? Dans le contexte des persécutions et de la tentation qui va venir sur le monde entier pour mettre à l’épreuve les habitants de la terre (Apocalypse 3.10), il s’agit certainement de ceux qui sortiront vainqueurs de la persécution. Mais pas uniquement :
Celui qui a réclamé et obtenu une vraie conviction de péché, qui a lutté dans la prière jusqu’à la victoire sur tout péché, est un vainqueur !

11. Christ nous donne la gloire qu’il a reçue du Père

Jean 17.22 : Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un, comme toi et moi nous sommes un, moi en eux et toi en moi.
Le Père a glorifié son Fils après l’ascension. Il lui a rendu la gloire que Jésus avait déposée en venant dans le monde (Jean 17.5). Jésus-Christ nous fera partager cette gloire lors de notre glorification, dans le ciel.
Mais déjà maintenant il nous rend participants de cette gloire.
Jésus dit qu’il nous donne la même gloire que celle qu’il a reçue
de son Père !
Ceci est une mesure de l’amour dont il nous aime. Il partage tout avec nous.

Prions : Seigneur Jésus, par ton Esprit en moi, rends-moi semblable à toi dans tous les domaines de ma vie. Je veux faire ma part, te chercher dans la Parole et par la prière… En ton nom je veux être, penser, parler et agir comme toi. Amen.

Théophile Hammann

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*