DEMAIN, TU SERAS UN HOMME MORT ! OU : COMMENT ALEXANDRE ZIANKOVICH DEVINT UN ÉVANGÉLISTE !

DEMAIN, TU SERAS UN HOMME MORT !

OU : COMMENT ALEXANDRE ZIANKOVICH DEVINT UN ÉVANGÉLISTE !

Faites donc du royaume de Dieu et de ce qui est juste à ses yeux votre préoccupation première, et toutes ces choses vous seront données en plus. Ne vous inquiétez pas pour le lendemain ; le lendemain se souciera de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. Matthieu 6.33-34

La mère d’Alexander Ziankovich était enseignante ; un de ses élèves fit des études scientifiques et fut embauché par un laboratoire de Minsk, en Biélorussie. Ses collègues scientifiques avaient l’habitude de se moquer d’une femme de ménage parce qu’elle était chrétienne et osait parler de sa foi en Jésus. Un jour la femme de ménage vint trouver ce scientifique et lui dit :
— Toi, tu es un homme bon. Merci de me soutenir. J’aimerais t’offrir ce Nouveau Testament.
Il sourit, amusé, et prit ce Nouveau Testament en se disant qu’il pouvait bien consacrer deux heures à la lecture de ce document dont il ignorait tout. Il fut saisi par le message de ce Nouveau Testament, crut en Jésus et devint un bouillant chrétien. Ce scientifique créa, par la suite, un Groupe d’Étude Biblique qui se développa en Église vivante et confessante, laquelle Église fut à l’origine d’une soixantaine d’autres Églises dont une majorité dans des régions n’ayant jamais connu de témoignage évangélique.

Ce scientifique avait l’habitude de rendre visite épisodiquement à la famille de son ancienne enseignante. Un jour il dit à cette famille :

— J’aimerais vous annoncer quelque chose de spécial : Dieu existe, et je crois en lui. Ce serait formidable si vous pouviez aussi croire en lui.

Quand Alexander Ziankovich entendit ces paroles il se dit que quelque chose a dû aller de travers dans son laboratoire ; ou il est tombé malade. Comment un scientifique peut-il croire en Dieu ?

Mais le scientifique ne se laissa pas troubler ; il remit à Alexander un petit Nouveau Testament dans lequel il avait écrit : « Dans ce livre tu trouveras la réponse à toutes tes questions. »
Alexander sourit intérieurement et jeta ce livre sur une étagère de son logement communautaire. Il étudiait l’économie à l’époque, il était un homme d’affaire très sûr de lui, quoi qu’empêtré dans ses affaires et très endetté.

Un jour des hommes vinrent le voir et lui dirent :
— Demain, tu es un homme mort !

« Pour la première fois de ma vie, dit Alexander, je me trouvai dans une voie sans issue, ne sachant que faire. Ce fut une situation terrible. Soudain, je me souvins du petit livret dans lequel je devais trouver une réponse à toutes mes questions. Je cherchai le Nouveau Testament, l’ouvris et me dis : Alors, où est maintenant la réponse à ma question ? Je me mis à lire l’Évangile de Matthieu… Je fus vite assez confus… J’en vins au chapitre 6 où il est écrit : Faites donc du royaume de Dieu et de ce qui est juste à ses yeux votre préoccupation première, et toutes ces choses vous seront données en plus. Ne vous inquiétez pas pour le lendemain ; le lendemain se souciera de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.
Je me dis alors : Si tu crois qu’il y a un Dieu et que tu lui confies ta vie, il se souciera du lendemain.

Je me sentis soulagé. Dans ma joie je lus l’Évangile de Matthieu jusqu’à la fin. Je n’y compris pas grand-chose, mais ces deux versets du chapitre 6 restaient solidement plantés au fond de mon cœur.
Lorsque, le lendemain, mes partenaires en affaires vinrent me trouver pour régler leurs comptes avec moi, ils furent comme transformés. Personne ne mentionna ma dette. Je compris alors : Ce Dieu existe vraiment, et la Bible est sa Parole. C’est à lui seul que je dois d’être en vie aujourd’hui. Plus tard, je demandai à Jésus de pardonner mes péchés ; je suis son disciple depuis 1992. Par la grâce de Dieu j’eus par la suite, le privilège de participer à la fondation d’Églises. »

Une Église fut fondée dans la banlieue de Minsk, dont la quasi-totalité des membres avaient un arrière plan athée et communiste. Expulsée de la bibliothèque d’État, elle se réunit dans le petit appartement d’Alexander.

Au cours d’une réunion de prière, un frère dit ceci :
– Nous devons prier pour que vienne une crise économique qui nous permettra d’acquérir un terrain de construction pour un dollar.

La crise vint effectivement, et les chrétiens purent acheter un terrain de construction et y construire un bâtiment d’Église.

Cette Église actuellement connue pour ses efforts, le temps et l’argent consacrés à l’évangélisation et à l’édification des enfants et des adolescents.

Théophile Hammann, d’après Le Messager de la Paix, N° 141, oct. 2018 et

https://www.verlag-friedensbote.de/downloads/nachrichten/Nachrichten-03-18.pdf

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*