DIEU A DE BONS YEUX

DIEU A DE BONS YEUX

1. J’avais perdu un appareil d’aide auditive. Mon épouse et moi-même l’avons cherché pendant de nombreuses heures partout où j’avais passé pendant la dernière demi-journée. En vain. Le soir venu, mon épouse s’assit sur un canapé et déclara soudain :
– Et si l’écouteur était derrière ce canapé ?
– Impossible dis-je.
Nous avons regardé derrière le canapé et l’avons trouvé là !
Ceci me rappela d’autres circonstances où Dieu avait cherché pour ses enfants.

2. Lorsque notre plus jeune fille fille avait entre 3 et 4 ans, elle perdit une pièce de monnaie dans un champ fraîchement labouré. Tout en cherchant elle se mit à remuer le sol avec un bâton. Elle ne trouva pas. Au bout d’un certain temps elle ferma les yeux et demanda à Jésus de l’aider. Lorsqu’elle ouvrit ses yeux, la première chose qu’elle vit, ce fut sa pièce de monnaie. Sa joie et sa reconnaissance au Seigneur furent enthousiastes !

3. Lorsqu’elle avait environ dix ans, elle vit un homme âgé cherchant quelque chose dans les collines derrière notre maison.
– Avez-vous perdu quelque chose, Monsieur ?
– Malheureusement oui, la clé de ma voiture !
Elle se mit à chercher avec l’homme, puis au bout d’un temps assez long, elle lui dit :
– Monsieur, il faut prier !
– J’ai déjà prié Saint Antoine, mais rien ne s’est passé.
– Il faut prier Jésus, Monsieur !
– Je ne sais pas prier Jésus, tu ne veux pas le faire pour moi ?
L’enfant pria. Cela fait, elle quitta le chemin et s’avança de cinquante pas dans le champs qui le longeait. Elle tomba directement sur le trousseau !

4. Pendant une récollection dans les Vosges, organisée à Pentecôte 1988 au Lac du Schiessrothried, dans les Vosges, toute la jeunesse s’en donnait à cœur joie dans la belle forêt de pins et de sapins, encore pleine de neige. Un de nos garçons, qui avait alors 18 ans, perdit, à cette occasion, une lentille de contact. Nouvellement lancées sur le marché, elles étaient encore très chères. Comment trouver une minuscule lentille de contact dans une immense forêt ? Les jeunes cherchèrent bien, mais l’entreprise était désespérée. Ils revinrent au chalet, un peu chagrinés, lorsque l’un d’eux, Pascal, déclara : – Nous allons prier, puis nous retournerons dans la forêt ! Ainsi fut fait ! Immédiatement l’un d’eux vit briller quelque chose au soleil sur une herbe suspendue au-dessus du Lac. C’était une lentille ! Le plus amusant est que notre garçon, en la voyant, commença par déclarer : « Ce n’est pas la mienne ! » Mais c’était la sienne ! Grosso modo, la probabilité de retrouver cette lentille était de une chance sur 10 à la puissance 12 ! Rappelons que 10 à la puissance 12, c’est le nombre de secondes contenues dans 32000 ans ! C’est la distance en mètres, parcourue par la lumière en une heure, c’est-à-dire la distance, en mètres, entre la Terre et Saturne.
Dieu a de bons yeux ! Et surtout, il ne méprise aucune prière, même une prière pour des petites choses. Aucune demande n’est trop grande ou trop insignifiante pour lui !
Théophile Hammann

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.