LES VOLEURS DE PLANCHES

DAPOZZO ET LES VOLEURS DE PLANCHES

Vous avez accepté avec joie qu’on prenne vos biens, sachant que vous aviez [au ciel] des richesses meilleures et qui durent toujours. Hébreux 10.34

A coté de son travail d’entrepreneur de construction, Erino Dapozzo (1905-1974) servait le Seigneur dans la joie par la distribution de tracts, l’annonce de l’Évangile partout où le Seigneur lui ouvrait des portes et l’édification d’une Église qui se réunissait dans une salle aménagée dans sa maison de Palaiseau, près de Paris.
Rentrant tard un soir, il vit trois hommes en train de charger ses belles planches d’échafaudage sur une charrette. Mais ces belles planches étaient son idole ! Pour se calmer il courut dans le jardin. Le diable lui suggéra : «  Un chrétien ne se laisse pas marcher sur les pieds ! Ces planches, tu les a payées ! Va vite téléphoner au garde-champêtre. »
Mais il se reprit en se demandant ce que la Bible dit à ce sujet, ce que Jésus ferait à sa place. Il se souvint de ces paroles de Jésus :
 … Si quelqu’un te prend ton manteau, ne l’empêche pas de prendre aussi ta chemise. Donne à tous ceux qui te demandent, et si quelqu’un te prend ce qui t’appartient, n’exige pas qu’il te le rende… Vous, au contraire, aimez vos ennemis, faites-leur du bien et prêtez sans espoir de retour. Luc 6.29-30,35

– Qu’est-ce qui a le plus de valeur ? Les planches ou ces trois âmes éternelles ? Se demanda-t-il.
Il réclama dans la prière un réel amour pour ces voleurs. Puis il se rendit vers eux avec l’amour de Jésus dans le cœur :
– Bonjour camarades, puis-je vous donner un coup de main ?
– Ah ! Quelle joie de les aider à charger ces planches, pensa-t-il.
Comme ils voulurent s’arrêter, craignant que la charrette ne cède sous le poids, il les encouragea à charger encore sept
 autres planches parmi les plus belles.
– Camarades avez-vous soif ? Dans la cave de ces gens-là, il y a du bon cidre.
Dapozzo courut chercher dans sa cave une bouteille de son meilleur cidre, « le cidre du dimanche » ! Il prit aussi trois verres de cristal et alla servir les trois indélicats.

– L’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit, et le cidre dans les verres, jubila-t-il.
Les impudents : « Vous savez où ils cachent leur cidre ! »
Dapozzo : « Oui, camarades, c’est mon cidre et ce sont mes planches. Mais n’ayez pas peur camarades, j’étais un voleur comme vous. Mais un jour, camarades, j’ai rencontré Christ mon Sauveur.
Et je leur ai donné mon témoignage. Ils n’ont rien compris. Mais quand je leur ai dit qu’au nom de Jésus-Christ je leur donnais ces planches, ils ont compris. Je les ai invités aux réunions de notre Église de Maison et ils sont partis. »

Dapozzo ajoute : « Seize ans plus tard, un des 3 impertinents revint et écouta la Parole de Dieu dans un culte dans notre Église. Il se convertit, et devint évangéliste. Une âme sauvée a plus de valeur que le monde entier. »

Dix-huit ans plus tard, Dapozzo, réfugié, démuni, devait construire une petite maison pour sa famille. Il reçut alors, d’un chrétien qu’il ne connaissait pas, 14 m³ de planches !
Dieu n’oublie pas ce que nous faisons pour lui et il récompense généreusement.
Si nous obéissons à ses commandements, notamment ceux du
Sermon sur la Montagne, si nous aimons nos ennemis, faisons du bien à ceux qui nous haïssent, bénissons ceux qui nous calomnient, si nous rendons le bien pour le mal qu’on nous fait… (Luc 6.27-36), le Seigneur lui-même nous défendra, nous protégera, nous aidera et nous bénira.

Théophile Hammann

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*