L’IMPACT DE NOS PAROLES SUR NOUS-MÊMES

 

L’IMPACT DE NOS PAROLES SUR NOUS-MÊMES

La mort et la vie sont au pouvoir de la langue : vous aurez à vous rassasier des fruits que votre langue aura portés. Proverbes 18.21

Jésus nous avertit de l’importance de la parole :
Matthieu 12.36-37 : Je vous le dis : Au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole inutile qu’ils auront prononcée. En effet, d’après tes paroles tu seras déclaré juste et d’après tes paroles tu seras condamné.

La langue est une immense puissance pour le bien ou le mal. Elle fait vivre et elle fait mourir.
La Parole de Dieu est créatrice. Comme nous sommes crées à l’image de Dieu, nos paroles sont aussi créatrices, du bien ou du mal.

A. LA PAROLE CRÉATRICE DE DIEU

1. Par sa Parole, Dieu a crée la terre, la vie, l’Univers

2 Pierre 3.5 : Dieu, par sa Parole, a crée autrefois le ciel et la terre.
Genèse 1.3 : Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut.

En fait le premier chapitre de la Genèse affirme 7 fois que Dieu dit, et même une huitième fois dans l’institution végétarienne et fructivore (ou : frugivore) de la nourriture d’Adam.

Hébreux 11.3 : Par la foi, nous comprenons que l’univers a été harmonieusement organisé par la parole de Dieu, et qu’ainsi le monde visible tire son origine de l’invisible.

Après son acte de création initial, Dieu n’a pas abandonné l’Univers, la terre, les êtres vivants, dont l’homme, à eux-mêmes, mais il continue à veiller, par sa Parole, à l’équilibre et à la bonne marche du monde crée :
Hébreux 1.3 : Le Fils soutient toutes choses par sa parole puissante…

Le Fils est, en effet, le Logos (la Parole ou le Verbe) de Dieu (Jean 1.1).
Son nom est la Parole de Dieu (Apocalypse 19.13).

2. La Parole de Dieu est vie et guérison parmi les hommes

2.1 La Parole de Dieu est agissante sur terre et parmi les êtres humains 
Ésaïe 55.11 :
Il en va de même pour ma parole, celle qui sort de ma bouche : elle ne revient pas à moi sans effet, sans avoir fait ce que je désire et rempli la mission que je lui ai confiée.

La Parole de Dieu peut briser toute résistance charnelle en l’homme et le purifier :
Jérémie 23.29 :
 Ma parole n’est-elle pas comme un feu, déclare l’Éternel, comme un marteau qui brise le roc ?

2.2 La Parole de Dieu est vie
Luc 8.11 : La semence, c’est la Parole de Dieu.
1 Pierre 1.23 :  
Car vous êtes nés à une vie nouvelle, non d’un homme mortel, mais d’une semence immortelle : la Parole vivante et éternelle de Dieu.
Jean 6.63 : Les paroles que je vous ai dits, sont Esprit et vie.
Pierre dit à Jésus qu’il a les Paroles de la vie éternelle
(Jean 6.68).

2.3 La Parole de Dieu sanctifie
Jean 15.3 : vous avez déjà été purifiés grâce à la parole que je vous ai enseignée. 

L’apôtre Paul déclare que Jésus purifie l’Église par sa Parole (Éphésiens 5.26).

A l’image des Paroles de Dieu, nos paroles sont agissantes, créatrices.
Elles souillent ou elles sanctifient, elles donnent la mort ou la vie.

B. EFFETS DE NOS PAROLES SUR NOUS-MÊMES

Nos paroles peuvent donner la vie et la mort, à nous-même et aux autres.

1. Notre langue dirige notre vie

a) Notre parole est comme le mors qui dirige la course du cheval
Jacques, le demi-frère de Jésus, compare le mors du cheval à la langue : de même que le mors du cheval dirige cet animal puissant, de même notre langue dirige notre vie :

Jacques 3.3,5 : Quand nous mettons un mors dans la bouche des chevaux, pour qu’ils nous obéissent, nous dirigeons aussi tout leur corps…  Il en va de même pour la langue…


Notre langue nous influence et nous dirige. Nous allons dans la direction balisée par nos paroles.

b) Notre parole est comme le gouvernail d’un puissant paquebot
Un petit gouvernail dirige les caravelles, et les plus gros paquebots et cargos.

Jacques 3.4-5 :  Pensez encore aux bateaux : même s’il s’agit de grands navires et s’ils sont poussés par des vents violents, il suffit d’un tout petit gouvernail pour les diriger au gré du pilote…  Il en va de même pour la langue… Nos paroles sont comme le gouvernail de notre vie.
Nos paroles sont puissantes et créatrices, elles contrôlent notre vie.
Elles nous conduisent vers l’échec ou la réussite, vers la défaite ou le succès, vers la malédiction ou la bénédiction.
Nous allons psychiquement, moralement et spirituellement dans la direction de nos paroles. Nous devenons ce que nous disons.

Notre évolution intérieure et par conséquent extérieure est déterminée par nos pensées.

Nous vivons aujourd’hui ce que nous avons proclamé hier, et nous vivrons demain ce que nous confessons aujourd’hui.

Les vents impétueux de nos émotions sont dirigés par le gouvernail de nos paroles.
Celui qui veut orienter sa vie dans une certaine voie, doit d’abord
verbaliser cette voie. 
Quand nous rêvons nos projets, quand nous voyons notre destinée par la foi, le Saint Esprit réalise ce que nous espérons et anticipons.

2. La langue négative

a) Notre langue est comme un feu
Jacques 3.5-6 : Il en va de même pour la langue : c’est un petit organe, mais elle se vante de grandes choses. Ne suffit-il pas d’un petit feu pour incendier une vaste forêt ?  La langue aussi est un feu ; c’est tout un monde de mal. Elle est là, parmi les autres organes de notre corps, et contamine notre être entier. Allumée au feu de l’enfer, elle enflamme toute notre existence.

Un tout petit feu causé par un mégot mal éteint, peut finir par brûler des milliers de hectares de forêts, de champs de blé, de maïs, de vignes, de vergers… avec les villages qui s’y trouvent blottis.

Notre langue aussi est un feu. Elle peut causer les mêmes catastrophes sur le plan moral, mental et spirituel.

Nos paroles mauvaises nous nuisent et nous détruisent :
Proverbes 18.7 : La bouche de l’insensé cause sa ruine, et ses lèvres sont un piège pour sa vie.
Jacques 3.8 : La langue… est un fléau impossible à maîtriser ; elle est pleine d’un venin mortel.

Des paroles malhonnêtes, malveillantes, mensongères, de critique négative empoisonnent notre âme, créent des maladies psychosomatiques, des dépressions, des névroses et des psychoses de toutes sortes…
Un chrétien de ma connaissance, au langage terriblement négatif, a fait plusieurs tentatives de suicide.

b) Nos paroles créent ce que nous proclamons
Celui qui aura exprimé des paroles pécheresses, et coupables, sera ensuite plus pécheur et plus coupable. Celui qui proclame des paroles impures sera plus impur :
Matthieu 15.10-11,18-20 :
Alors Jésus appela la foule et lui dit : Écoutez-moi et comprenez-moi bien : Ce qui rend un homme impur, ce n’est pas ce qui entre dans sa bouche, mais c’est ce qui en sort…  Ce qui sort de la bouche vient du cœur, et c’est cela qui rend l’homme impur. Car, c’est du cœur que proviennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, l’immoralité, le vol, les faux témoignages, les blasphèmes. Voilà ce qui rend l’homme impur. 

Après chaque parole, l’homme est un peu plus ce qu’il a proclamé.
Celui qui aura mal parlé du prochain, aura ensuite plus de mal à l’aimer et à en avoir une opinion bienveillante.
Celui qui aura exprimé des paroles de colère, sera plus colérique ; celui qui aura proféré des paroles d’incrédulité, sera plus incrédule ; celui qui aura prononcé des paroles impures, sera plus impur ; sera qui aura prononcé des paroles d’avarice, d’orgueil, d’envie, de jalousie, de mépris… sera plus cupide, orgueilleux, envieux, jaloux, méprisant…

Le négativisme, le pessimisme et l’incrédulité sabotent la vie chrétienne :
Si nous parlons négativement nous nous enfonçons spirituellement et nous torpillons les autres :

Exemple de langage négatif : Je ne réussirai pas, je ne m’en sortirai pas, Dieu n’exauce pas mes prières ; ces promesses ne sont pas pour moi parce que je ne suis pas assez spirituel et pas assez sanctifié ; je ne sais pas si Dieu m’aime, s’il est fidèle avec moi ; Dieu m’a abandonné, Dieu m’a oublié, le christianisme ne fonctionne pas, je ne guérirai pas, dans 10 ans je serai mort, je vais mourir à l’âge de 60 ans comme ma mère…

Quand le diable nous inspire ces pensées d’échec, rejetons-les vigoureusement au nom de Jésus.
Gardons-nous de dire la moindre parole incrédule, de crainte, de découragement, de désespoir…

Ces paroles détruisent notre communion avec Dieu, rongent notre vie de prière, notre paix et notre joie et nous font vivre dans la défaite et la misère spirituelles.
Proverbes 15.4 :
La langue douce est un arbre de vie, mais la langue perverse brise l’âme.
Proverbes 18.20 : Chacun goûtera à satiété les (bons ou mauvais) fruits de ses paroles et portera les conséquences de ce que ses lèvres auront prononcé.

3. La langue positive

Proverbes 13.2 : Grâce au fruit de la bouche on jouit du bien.

a) Homologuer la Parole de Dieu
Le Nouveau testament contient plusieurs noms ou verbes dérivant du substantif homo logos (identique parole). Le radical homo a le sens de identique, par exemple dans homologue, homothétie, homogène, homonyme…

L’homme doit dire ce que Dieu a dit, dire de même… Nos paroles doivent homologuer les Paroles de Dieu.
Nos paroles sont puissantes et agissantes si nous disons ce que Dieu a dit :

Romains 10.9 : Si tu confesses (si tu homologues) de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé.

Si nous affirmons de Jésus ce que Dieu en a dit, nous serons sauvés !

Hébreux 13.15 : … le fruit de lèvres qui confessent (qui homologuent) son nom…
Matthieu 10.32 : Quiconque me confessera (m’homologuera) devant les hommes, je le confesserai (l’homologuerai) aussi devant mon Père qui est dans les cieux.
1 Jean 2.23 : … qui confesse (homologue) le Fils a aussi le Père…
1 Jean 4.2 : Tout esprit qui confesse (homologue) Jésus-Christ venu en chair, est de Dieu.
1 Jean 4.15 : Quiconque confesse (homologue) que Jésus est le Fils de Dieu, demeure en lui et lui en Dieu.

Confesser Jésus, c’est dire de Jésus ce que Dieu en dit.
Nous devons donc confesser, proclamer les Paroles de Dieu, les saintes promesses de Dieu. Ce qui est sorti de la bouche de Dieu, doit aussi sortir de notre bouche.

Par contre, tout ce qui n’est pas de Dieu ne doit pas sortir de notre bouche : les dieux étrangers, les divinités païennes ne doivent pas êtres nommés par les croyants (Exode 23.13 ; Osée 2.19).
Même la cupidité, la convoitise idolâtre des séductions de ce monde ne doivent pas occuper notre pensée ou notre imagination.
Il ne doit sortir de notre bouche aucune parole mauvaise (Éphésiens 4.29) :

Éphésiens 5.3-4 : Que l’impudicité, qu’aucune espèce d’impureté, et que la cupidité, ne soient pas même nommées parmi vous, ainsi qu’il convient à des saints. Qu’on n’entende ni paroles déshonnêtes, ni propos insensés, ni plaisanteries, choses qui sont contraires à la bienséance.

Parler de la conduite abominable des gens du monde, se nourrir des faits divers sexuels ou pornographiques souille l’âme, ouvre des fenêtres et des portes à ces péchés et à des démons et souille la terre entière.

En 1907 Paul Brulat dénonça « l’attitude complaisante de la presse à l’égard du crime et de la scélératesse en vue de contenter un public avide d’émotions malsaines… »
C’est une des raisons pour lesquelles il n’y eut jamais de télévision dans notre famille.

Si nous écoutons, lisons, voyons et racontons des histoires immorales, dépravées, impudiques, vicieuses… nous devenons ce que nous écoutons, lisons, regardons ou racontons.

J’ai connu des personnes totalement démonisées pour avoir regardé des images pornographiques dans des revues ou sur internet.
Que personne ne se nourrisse d’obscénités, car on devient ce qu’on mange, même en stigmatisant hypocritement grivoiseries et gaudrioles.
Quelqu’un a parlé de « l’événement graveleux dont on se repaît en feignant l’indignation… ».

b) Des paroles positives nous orientent dans la direction que nous proclamons
Celui qui, rejetant par la force du Saint Esprit ses pensées fourbes et injustes, prononce des paroles de vérité, de droiture et de justice, aura ensuite plus de facilité à marcher dans la voie de la vérité, de la droiture et de la justice.
Chaque victoire rend la suivante un peu plus facile. Nos victoires sont cumulatives.

Confessons : Seigneur Jésus, merci car tu as des projets de grâce et de bénédiction pour moi, mon avenir est dans tes mains, tu es ma paix, ma force, ma raison de vivre… Tu me bénis, ta grâce se renouvelle chaque matin, ton regard veille constamment sur moi, tu me protèges nuit et jour, ma force augmente pendant la marche, tu renouvelles mes forces et je cours sans me lasser, je marche sans me fatiguer, tu me donnes la force du buffle…

c) Nos paroles positives nous changent
Proverbes 18.20 : Chacun goûtera à satiété les (bons ou mauvais) fruits de ses paroles et portera les conséquences de ce que ses lèvres auront prononcé.

Si nous parlons positivement notre foi est fortifiée, nous avons une bonne communion avec Dieu, la Bible nous parle et nous vivons dans la victoire.

Pour contrôler ses paroles, il faut contrôler ses pensées :
Philippiens 4.8 : Enfin, frères et sœurs, nourrissez vos pensées de tout ce qui est vrai, noble, juste, pur, digne d’amour ou d’approbation, de tout ce qui est vertueux et mérite louange.

Ne nous décourageons pas si notre confession positive de la Parole de Dieu n’est pas suivie immédiatement de grands changements dans notre vie. Persévérons. Quand le capitaine du Titanic fut averti de la présence de l’iceberg, il mit immédiatement son gouvernail dans la bonne position pour éviter le danger, mais un si grand paquebot a une grande inertie de sorte qu’il ne dévia pas assez de sa trajectoire pour éviter la collision.
Soyez donc patients, frères… Voici, le laboureur attend le précieux fruit de la terre, prenant patience à son égard, jusqu’à ce qu’il ait reçu les pluies de la première et de l’arrière-saison. (Jacques 5.7)

Confessons : Seigneur Jésus je te demande pardon pour mes innombrables paroles et proclamations négatives et coupables par lesquelles j’ai fait du tort à autrui et à moi-même. Veuille me purifier de tous les péchés de la langue.

1 Éternel, je t’ai appelé ! Viens en hâte à mon secours ! Prête l’oreille à ma voix quand je crie à toi !
2 Considère ma prière comme de l’encens placé devant toi, et mes mains tendues vers toi comme l’offrande du soir.
3 Que ma bouche, ô Éternel, reste sous ta surveillance ! Veille aux portes de mes lèvres !
4 Ne me laisse pas tendre vers le mal, de peur que je commette des actions perverses avec ceux qui font le mal, ou que je prenne part à ce dont ils se repaissent ! (Psaumes 141.1-4)

Seigneur j’ai confiance en toi, je confesse que tu es bon, juste, saint et fidèle. Je confesse que tu m’aimes, que tu me connais par mon nom et que tu prends soin de moi. Tu es pour moi le Bon Berger, tu me conduis près des eaux paisibles, tu restaures mon âme.
Je confesse que ta parole est la Vérité, que tes promesses sont vraies, que tu entends mes prières…
Je proclame que tu es ma sagesse, ma justice, ma sanctification et ma rédemption. Je suis justifié, gracié et lavé par le sang de la croix. C’est toi qui m’a appelé, tu es fidèle et c’est toi qui le feras.

Je confesse que tu me conduis dans les sentiers bénis de la vie, de la paix et de la joie. Amen !

Théophile Hammann

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Commentaire sur “L’IMPACT DE NOS PAROLES SUR NOUS-MÊMES”